Fiche de synthèse n°74 : Le service de la communication et de l’information multimédia

Fiche mise à jour le 17 avril 2014

Point clé : résumé de la fiche de synthèse

Les missions dévolues au service de la communication et de l’information multimédia répondent au souci de mieux informer les citoyens sur le rôle de l’Assemblée nationale, ses travaux et son mode de fonctionnement.

En raison même de l’évolution des techniques d’information et des attentes du grand public en matière de communication, ce service connaît, depuis plusieurs années et aujourd’hui encore, de profondes évolutions marquées principalement par une diminution drastique du recours aux supports papiers traditionnels et, à l’inverse, par un développement des supports numériques.

Dans le même temps, l’Assemblée, comme toutes les institutions publiques, est amenée à s’ouvrir de plus en plus au public.

Sur le plan administratif, ce service appartient aux services dits « législatifs » ; il est donc placé sous l’autorité du Secrétaire général de l’Assemblée et de la Présidence. Il comprend trois divisions : la presse et l’audiovisuel, l’information multimédia et la communication institutionnelle.

Ce service rend régulièrement compte de son activité à la délégation du Bureau de l’Assemblée nationale chargée de la communication et de la presse, présidée par l’un des six vice-présidents, qui valide les grands axes de la politique de communication institutionnelle.

I. – La division de la presse et de l’audiovisuel

La division de la presse et de l’audiovisuel comprend une trentaine de fonctionnaires placés sous l’autorité d’un chef de division.

Outre sa mission d’accueil et d’accréditation des journalistes de la presse écrite, web et télévisée, cette division met en œuvre une politique d’information précise et rapide des journalistes sur les travaux de l’Assemblée et de ses organes, soit au travers de ses publications (agenda, fiches techniques sur les travaux législatifs en cours, communiqués de presse factuels), soit par l’intermédiaire de certains de ses personnels chargés de suivre et de rendre compte des travaux non publics des commissions et des délégations.

Cette division dont les services excluent toute prise de position ou commentaire sur l’actualité politique complète les relations presse qui sont le fait d’autres entités de l’Assemblée, notamment la Présidence et les groupes parlementaires.

Trois entités sont rattachées à cette division : une équipe de gestion des images en ligne des débats de l’Assemblée, une équipe de vidéastes et une équipe de photographes.

Depuis septembre 2009, une équipe de fonctionnaires est chargée de gérer les images en ligne des débats de l’Assemblée (Gilda). Elle indexe et découpe les images de la séance publique et des réunions de commission diffusées sur internet, permettant un accès facile aux débats et rendant possible le téléchargement des séquences sélectionnées par les internautes. Elle alimente ainsi le portail vidéo. Elle est également chargée de numériser le fonds ancien de vidéos.

L’équipe des vidéastes conçoit des montages à partir des manifestations ou événements organisés par l’Assemblée. Ces montages sont en général mis en ligne sur les pages web concernées pour mettre à disposition du public des vidéos de présentation ou de résumé d’un événement institutionnel.

L’équipe des photographes a pour mission de réaliser les photographies officielles de l’Assemblée. Ainsi, au début de chaque législature, elle réalise le portrait de chaque député afin d’éditer le « recueil des notices et portraits » et d’alimenter le fichier nominatif du site de l’Assemblée. En cours de législature, cette cellule est chargée des reportages photos demandés par la Présidence ou le service du protocole, notamment lors des réceptions de personnalités étrangères. Elle réalise également des prises de vue collective des réunions des différents organes de l’Assemblée utilisées pour alimenter le site. Elle a également pour mission de réaliser des photos patrimoniales des différents lieux du Palais Bourbon. Ce fonds photographique permet d’enrichir la photothèque de l’Assemblée, gérée par la division de la communication institutionnelle, tout comme le site internet et le compte Facebook de l’Assemblée nationale, gérés par la division de l’information multimédia.

II. – La division de l’information multimédia

Cette division, composée d’une douzaine de fonctionnaires, dont deux informaticiens, est principalement chargée du site de l’Assemblée nationale. Elle est responsable de la gestion éditoriale de ce site. Le chef de cette division en est le webmestre.

À ce titre, elle supervise l’entrée des informations portées sur le site que lui transmettent les autres services de l’Assemblée. Elle veille, en liaison avec le service des systèmes d’information, au bon fonctionnement des applications informatiques alimentant automatiquement le site, qu’il s’agisse des données nominatives concernant les députés ou des données intéressant les travaux parlementaires : comptes rendus des travaux de l’Assemblée et de ses différents organes, dossiers législatifs, questions écrites ou orales, amendements, scrutins publics et solennels. Elle développe, en liaison avec d’autres services, l’animation audiovisuelle ou iconographique du site et s’attache à sa modernisation technique et graphique.

La division gère également la présence de l’Assemblée sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Google +). Elle propose en ligne ou par abonnement une lettre hebdomadaire électronique prospective d’actualité et une rétrolettre qui récapitule les principaux événements de la semaine écoulée. Elle assure l’éditorialisation de la page d’accueil du site, l’animation des réseaux sociaux et la rédaction de rubriques pédagogiques expliquant les procédures, le rôle des organes de l’Assemblée, etc.

Elle agit de la même façon pour deux autres sites dont elle a également la charge : un site destiné aux députés et à leurs assistants et un site destiné au personnel de l’Assemblée. Ces deux sites, outre plusieurs des informations reprises du site général, comportent des informations concernant uniquement les publics auxquels ils s’adressent.

À côté de cette mission principale, cette division gère des espaces de contribution des internautes et répond aux demandes d’information sur l’Assemblée qui lui parviennent sous différentes formes : courrier traditionnel, téléphone ou messages électroniques.

III. – La division de la communication institutionnelle

Cette division, qui comprend soixante-dix fonctionnaires, a trois missions principales.

Elle est tout d’abord chargée des publications de communication de l’Assemblée. Pour l’ensemble de cette activité, cette division travaille, s’il en est besoin, avec des agences de communication extérieures retenues dans le cadre de marchés publics.

Parmi ces publications peuvent être cités : les supports de communication remis aux députés (le kit pédagogique, par exemple, constitué de panneaux retraçant le rôle et l’organisation de l’Assemblée et permettant aux députés visitant les classes de leur circonscription de disposer d’un support à leurs exposés) ou aux hôtes étrangers ou aux visiteurs de l’Assemblée (les dépliants sur l’Assemblée nationale ou la bibliothèque), des ouvrages sur l’histoire et le patrimoine de l’Assemblée (l’Hôtel de Lassay ou le Palais Bourbon) ; des ouvrages à destination des enfants comme la bande dessinée « À la découverte de l’Assemblée nationale », des fiches pédagogiques pour les Journées du patrimoine sur le patrimoine de l’Assemblée ou son fonctionnement, etc.

La division de la communication institutionnelle est également chargée de l’organisation de certaines manifestations ou expositions se déroulant sous l’égide de l’Assemblée. L’ensemble de ces événements fait l’objet d’une publicité sur le site de l’Assemblée nationale.

Certaines manifestations ont lieu régulièrement comme la Journée du livre politique, ou les Journées du patrimoine, le troisième week-end de septembre.

Cette division est également chargée de l’accueil du public et des visites du Palais Bourbon du lundi au samedi. Cette mission est remplie par une cinquantaine d’agents, qui ont également pour tâche de surveiller les accès aux salons dits du « périmètre sacré », situés à proximité de la salle des séances, et le comportement des visiteurs qui assistent à la séance publique dans les galeries et tribunes de l’hémicycle.

Les visites de groupes (50 personnes au maximum) sont parrainées par les députés, qui les réservent à l’avance. À l’accueil, après les opérations de contrôle, chaque groupe est pris en charge pour une visite d’une durée d’une heure à une heure et demie, précédée en général de la présentation d’un court métrage sur l’Assemblée de dix minutes environ. Les agents reçoivent une formation qui porte à la fois sur l’aspect patrimonial du circuit de la visite et sur le rôle et le fonctionnement de l’Assemblée. La division est, dans ce cadre, chargée de la conception des panneaux descriptifs qui jalonnent le circuit. Ces panneaux visent principalement à décrire les salons traversés. Des audioguides en français, anglais, espagnol et allemand sont mis à la disposition des visiteurs.

Par ailleurs, depuis novembre 2012, les visiteurs individuels ont accès à quatre visites guidées le samedi durant les périodes où l’Assemblée siège, et à quatre visites quotidiennes non guidées du lundi au samedi pendant les périodes de suspension des travaux parlementaires.

Les personnes intéressées peuvent soit réserver leur visite en ligne sur le site internet de l’Assemblée, ou par téléphone, soit se présenter sur place un quart d’heure au moins avant le début de la visite, et être accueillies dans la limite des places disponibles.

À l’issue de leur découverte du Palais Bourbon, les visiteurs sont invités à se rendre à la « Boutique » de l’Assemblée, boutique extérieure à l’enceinte de l’Assemblée, mais située à proximité. Le public peut y trouver des cartes postales, des ouvrages sur l’Assemblée ou écrits par les députés et des objets souvenirs. C’est aussi dans ce lieu, ouvert sur la voie publique, que le public peut se renseigner sur l’Assemblée et ses travaux. La Boutique, placée sous le régime juridique d’association à but non lucratif de la loi de 1901, est placée sous la responsabilité administrative du service de la communication. Elle travaille en étroite concertation avec la division de la communication institutionnelle. Sa gestion comptable et financière, qui est arrêtée avec l’assistance d’un cabinet comptable externe, est soumise à la délégation du Bureau chargée de la communication et de la presse.

Cette division est enfin chargée de la gestion du kiosque à journaux de l’Assemblée.

Retour haut de page