Missions, statut, carrière, rémunération

Partager

Contenu de l'article

Les missions

Le statut

La carrière

La rémunération

 

Le service des Systèmes d’information de l’Assemblée nationale (SSI) est composé d’environ 65 personnes. Il a pour mission d’assurer la maîtrise des moyens informatiques nécessaires au fonctionnement de l’institution.

 

Il fournit l’équipement informatique des députés au Palais Bourbon, ainsi que celui des services, supervise la maintenance des postes installés, propose des prestations de conseil ou d’assistance et développe des applications en interne ou en recourant à des prestataires extérieurs.

 

Il gère et maintient une centaine d’applications. Certaines de ces applications relèvent des missions d’élaboration de la loi ou de contrôle du Gouvernement ; d’autres concernent les activités de gestion administrative. Il assure également la conception et la maintenance de près de 200 applications départementales. Le SSI exploite 2 700 postes informatiques, 11 000 prises réseaux, 400 bornes WiFi et  400 serveurs, et en garantit la sécurité.

 

Pour plus d’informations, les candidats peuvent se reporter à la fiche de synthèse consacrée à l’informatique à l’Assemblée nationale sur le site Internet.

 

Au sein du SSI, les informaticiens sont chargés de missions variant en fonction de leurs compétences et de leur domaine d’activité. Ils ont la responsabilité de projets développés en partenariat avec les utilisateurs et, éventuellement, des prestataires.

 

Qualités requises pour devenir informaticien à l’Assemblée nationale

– Autonomie et initiative –  Créativité et innovation
–  Ouverture d’esprit et curiosité – Rigueur
– Discrétion et confidentialité – Souci du service rendu
– Goût du travail en équipe – Adaptabilité et disponibilité

 

MISSIONS

 

Spécialité Informaticien d’applications (développeur) : les missions

Les informaticiens d’applications sont chargés de la conception, du développement et de la maintenance de solutions applicatives au sein de projets dont ils ont la responsabilité. Un grand nombre d’applications est spécifique à l’Assemblée nationale, compte tenu de ses missions particulières de législation et de contrôle de l’action du Gouvernement ainsi que des caractéristiques de son organisation.

 

Les applications législatives et documentaires développées en interne participent directement au bon déroulement du travail des députés et des services : vote électronique, application Eloi (élaboration, traitement et diffusion des amendements déposés par les députés), application Légis (gestion des projets et propositions de loi à toutes les étapes de la procédure parlementaire), application Tribun (gestion des informations relatives aux parlementaires)…

 

De plus, de nombreuses applications de gestion, pour une part développées en interne, permettent aux services administratifs d’accomplir leurs missions. Les projets portent sur des domaines aussi divers que la comptabilité, la gestion des ressources humaines ou la paie, la mise en place d’annuaires intégrés pour la gestion des accès et des identifications des utilisateurs, la gestion des stocks (boutique, matériels, restaurants)…

 

En outre, la mise en place d’une gestion électronique des documents (GED) est également en cours de déploiement au sein des services.

 

Les axes de développement les plus récents concernent notamment les applications de mobilité mises à la disposition des députés et de leurs collaborateurs (par exemple le déploiement de l’application Eliasse, dérivée de l’application Eloi, pour la consultation des amendements sur tablette).

 

Les développements effectués par les informaticiens sont principalement réalisés sous C#, Java et Python.

 

Spécialité Informaticien de production (administrateur systèmes et réseaux) : les missions

Les informaticiens de production ont la responsabilité du déploiement et du maintien en conditions opérationnelles des infrastructures techniques matérielles et logicielles du système d’information et contribuent au pilotage technique des projets.

 

À ce titre, au sein d’équipes spécialisées, ils gèrent un parc d’environ 400 serveurs. Ils sont en charge de l’exploitation de diverses bases de données Oracle, MySQL, SQL-server et Sybase pour l’essentiel, ainsi que des composants dédiés à la maintenance technique. Ils assurent le maintien des performances des infrastructures au travers des bonnes pratiques ITIL, notamment en matière d’ERP.

 

Ils assurent le développement et la maintenance du réseau interne qui consiste essentiellement en un réseau local réparti sur l’ensemble des bâtiments de l’Assemblée nationale, constitué de près de 300 commutateurs Ethernet de puissance variable desservant plus de 11 000 prises réseaux et 400 bornes WiFi.

 

Ils exploitent aussi des outils collaboratifs (messagerie, serveur de fichier, GED…), ainsi que des outils qui assurent la sécurité du système d’information (pare-feu, anti-spam…).

 

Enfin, ils sont en charge d’un parc d’environ 2 700 postes informatiques utilisés par les députés, leurs collaborateurs et les services de l’Assemblée (jusqu'en 2017 : système d’exploitation Windows 7 ou Linux, suites bureautiques Office 2010 ou OpenOffice).

 

STATUT

Les informaticiens sont des fonctionnaires dont le statut est déterminé par le Bureau de l’Assemblée nationale (article 8 de l’ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958). L’article 18 du Règlement intérieur précise par ailleurs qu’est « interdite la collaboration de caractère permanent de tout fonctionnaire relevant d’une administration extérieure », ce qui exclut toute forme de détachement.

 

Les informaticiens recrutés par concours appartiennent à la catégorie des administrateurs-adjoints, comparable aux corps de fonctionnaires relevant de la catégorie A de la fonction publique d’État. Dans l’exercice de leurs fonctions, ils sont soumis à une obligation de neutralité politique et de discrétion professionnelle pour tout ce qui concerne les faits et informations dont ils ont pu avoir connaissance.

 

CARRIÈRE

Les informaticiens sont recrutés en qualité de stagiaires. Ils peuvent être titularisés après un stage probatoire d’au moins un an.

 

Ils accomplissent leur carrière au sein du SSI de l’Assemblée nationale. Il leur est possible d’être affectés sur des postes d’administrateurs-adjoints au sein d’autres services après douze ans d’affectation au sein du SSI. L’organisation de concours internes offre par ailleurs la possibilité aux informaticiens d’intégrer le corps des administrateurs.

 

L’attention des candidats ne possédant pas la nationalité française est attirée sur le fait qu’ils ne pourront être affectés dans les emplois dont les attributions ne sont pas séparables de l’exercice de la souveraineté ou comportent une participation directe ou indirecte à l’exercice de prérogatives de puissance publique.

 

RÉMUNÉRATION

Le salaire annuel d’un informaticien en début de carrière est de 52 000 euros nets.

 

Une fois titularisé, l’informaticien fonctionnaire bénéficie d'un avancement d'échelon tous les deux ans. Il est inscriptible pour un avancement de classe après onze ans de services.

Retour haut de page