Ouverture et rayonnement

Contribuez

Consultation

Les travaux initiés dans le cadre des « Rendez-vous des réformes 2017-2022 : pour une nouvelle Assemblée nationale » marquent une volonté de moderniser en profondeur l’institution. Dans un esprit de transparence et d’ouverture du débat à la société, vous êtes toutes et tous invités à partager ici vos contributions. Celles-ci feront l'objet d'une synthèse et seront discutées à l'occasion d'une réunion du groupe de travail, au mois de novembre. Les contributions sont ouvertes du 20 septembre au 10 novembre.

Feuille de route en cours : Comment valoriser le travail parlementaire des députés : quels indicateurs, quelles données et quelle mise en valeur ?
L’activité des parlementaires est scrutée par les médias et par les citoyens. Or, cette dernière demeure mal connue dans ses différents aspects car ses éléments constitutifs ne sont pas tous identifiés. L’objectif du groupe de travail sera donc d’identifier les différents aspects de l’activité parlementaire des députés, les moyens de la rendre plus visible (par la création et la publication de nouvelles données en open data) et la façon dont l’Assemblée nationale pourrait valoriser ces données, notamment sur son site internet.

Ajouter une contribution

Les champs marqués d'un sont obligatoires

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le service de la Communication et de l’information multimédia de l’Assemblée nationale pour recueillir les contributions des citoyens dans le cadre des groupes de travail sur la réforme de l’Assemblée nationale.

Elles sont conservées pendant une durée de deux ans à compter de la fin de la consultation et au plus tard jusqu’à la fin de la législature ; elles sont destinées au service de la Communication et de l’information multimédia de l’Assemblée nationale et au secrétariat du groupe de travail.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant le service de la Communication et de l’information multimédia de l’Assemblée nationale (webmestre@assemblee-nationale.fr).

18 contributions au total

  • Karl a écrit :

    23/10/2017 13:05

    Sujet : Idées

    Je pense qu’il faudrait que à chaque projet de loi qui touche les citoyens de près ou loin , une consultation en ligne soit ouverte ou bien même des reunion publiques , des cafes/Débats, pouvoir choisir des citoyens qui puissent s’exprimer dans les commissions afin d’être entendu pour pouvoir redonner l’envie aux citoyens de se sentir entendu et donc considérés . Cordialement .

  • Yannounet a écrit :

    20/10/2017 19:49

    Sujet : Séances en direct

    Il faut trouver une solution pérenne et définitive pour que les français qui suivent la séance via le portail vidéo n’aient pas à subir le décalage de 1 à 3 minutes avec le direct. Quand on regarde la séance et eliasse en même temps on est toujours en décalage et cela ne permet pas de suivre convenablement les débats. Sur le bandeau en bas de l’écran ça ne sert à rien de faire défiler le texte en cours mais de tout faire rentrer sur la largeur de l’écran car cela fatigue les yeux.

  • GermaineDesYvelines a écrit :

    13/10/2017 10:12

    Sujet : Des photos de l'assemblée

    Bonjour je m'appelle Germaine, j'ai 56 ans j'habite dans les Yvelines.

    J'ai eu la chance d'assister, l'année dernière, à une séance publique dans l'hémicycle mais je n'ai pas eu le droit de prendre des photos car les téléphones sont interdits.

    Je pense qu'il faudrait autoriser les téléphones pour le public de l'assemblée pour que les jeunes puissent partager les photos sur les réseaux sociaux et donner goût à leurs amis.

    Il faut que l'assemblée rentre dans le XXIème siècle !

  • Clément Imbert a écrit :

    12/10/2017 13:55

    Sujet : Publicité dans les médias

    Dans le cadre de la réforme de l'Assemblée nationale, une consultation citoyenne a été lancé sur une plateforme déployée sur le site de l’Assemblée. C'est une très bonne initiative mais qui risque de souffrir d'une tare courante de la démocratie participative, une tare qui a déjà été évoqué lors des premières auditions, le fait que : "C'est toujours les mêmes qui participent.". Pour éviter cet écueil, il faut informer le grand public de cette consultation (la plupart des gens à qui j'en ai parlé n'étaient pas au courant). Ça participerait aussi à redorer le blason de l'Assemblée. Il faudrait donc une campagne télé, radio et journaux. Je n'ai pas la moindre idée du cout, mais cela me semble fondamental pour attirer un nombre important de personnes.

    À fortiori, lorsque de telles consultations seront normalisées, on pourra mettre en place un devoir d'information des médias. Pas sous forme d'opinion politique, mais simplement un message tel : "Cette consultation s'ouvre, vous pouvez donner votre avis sur cette plateforme ...", cela diffusé largement. On peut même imaginer ces informations passées sur les réseaux sociaux, sous forme de posts publicitaires temporairement ancrés en haut des fils d'actualités des pages facebook et twitter des personnes se connectant depuis la France.

  • Clément Imbert a écrit :

    02/10/2017 01:19

    Sujet : Nouveau média pour la vulgarisation

    J'ai 26 ans et je suis de formation et d'emploi scientifique, donc loin du droit. J'ai visionné plusieurs heures de travaux en commissions et en séances, mais je ne saisis pas (loin de là) tous les rouages de la fabrique de la loi. J'ai l'habitude de me renseigner sur un sujet par le biais de vidéos de vulgarisation. Je lis aussi beaucoup mais le confort d'une vidéo n'a rien de comparable et les jeunes en consomment beaucoup. Une section du site l'AN (dans sa version actuelle ou une nouvelle version intégrant plus de participation citoyenne) devrait être toute entière consacrée à la vulgarisation du fonctionnement de l'AN, par le biais de vidéos d'une chaine Youtube dédiée. Il pourrait y avoir deux types de contenus :

    • Une série de vidéos explicatives sur le fonctionnement de l'AN (exemples : la différence entre une proposition et un projet de loi, comment fonctionne les navettes entre les assemblées, qu'est-ce-qu'une séance extraordinaire);
    • Un rendez-vous hebdomadaire expliquant ce qu'il s'est passé à l'AN la semaine passée (séances, commissions, auditions) et ce qui est prévu pour la semaine suivante.

    Pour attirer un nouveau public, il faut se distinguer du contenu existant de média comme LCP et utiliser le format phare des vidéos consommées sur le net, le podcast. Comme exemple de podcast politique vous pouvez voir la chaine de Hugo décrypte (https://www.youtube.com/channel/UCAcAnMF0OrCtUep3Y4M-ZPw/videos). La popularité du podcast tient de beaucoup à la personnalité du podcasteur (le vulgarisateur). On peut proposer cette mission à Hugo décrypte, qui est déjà suivi par un nombre important de personnes, ou organiser un concours en vidéos et laisser les internautes voter pour leur préféré. Pour l'hébergement des vidéos, il faut être pragmatique et utiliser la plateforme Youtube. Elle est énormément fréquentée (notablement par les jeunes) et on pourra compter sur les suggestions algorithmiques pour toucher des personnes qui n'avaient pas l'intention de regarder des vidéos de l'AN. Enfin, je vous suggère d'inviter Hugo décrypte pour la semaine 5 des auditions consacrées aux médias. Si vous voulez toucher de nouveaux publics, utilisez les médias qu'ils consomment.

  • Perceval44 a écrit :

    01/10/2017 18:29

    Sujet : Rapport avec la chaîne : ACCROPOLIS

    Bonjour,

    Les membres de ce groupe de travail ont-ils eu l'occasion de découvrir le travail de démocratisation des travaux de l'assemblée nationale effectué par Jean Massiet et son équipe au sein de la chaîne de diffusion en direct ACCROPOLIS (via le réseau TWITCH). Ce support semble déjà apporter un atout évident d'interactivité et de réponses aux questions de nombreux spectateurs sur le travail parlementaire.

  • Catherine T. a écrit :

    01/10/2017 14:47

    Sujet : Ouverture du panel d'intervenants en Commissions

    Comme vous le constatez dans le cadre de votre reflexion actuelle, les bonnes pratiques et expertises ne viennent pas toutes de France. Et le monde entier ne parle pas français.

    Ne pourrait donc pas envisager - ponctuellement, si justification forte, et avec traduction simultanée - d'auditionner dans les Commissions quelques intervenants etrangers. S'il acceptait de venir, j'ai tendance à penser que l'audition d'un Elon Musk ou d'un Zuckerberg (etc...) ferait beaucoup pour le rayonnement de l'Assemblée Nationale française dans le monde, à l'étranger mais aussi auprès de nos jeunes à qui ces noms parlent

  • Catherine T. a écrit :

    01/10/2017 14:23

    Sujet : Rapports d'étonnement

    Pour conjuguer l'ouverture de l'Assemblée notamment auprès des jeunes citoyens pour les impliquer dans la vie parlementaire, et le fait que vous vous mettez pour au moins 5ans en mode «amelioration/refonte» permanente, pourrait-on envisager :

    • de faire visiter durant 3 heures l'Assemblée nationale chaque trimestre par exemple, à une classe de CM2 (pas trop vieux, qui osent encore s'exprimer sans censure mais assez murs tout de leme). Cette classe aurait préalablement fait un travail predefini de connaissance de l'Assemblée pour etre eligible. Et de demander ensuite à cette classe avec un oeil candide : a) ce qui les a surpris b) les améliorations qu'ils proposeraient. Et mettre leur contribution synthétique en ligne via une vidéo de 2 minutes en ligne postée sur le site (faite par le «studio», cf ma contribution précédente)
    • de faire remplir à chaque député/invité etranger lors de sa sortie de l'Assemblée une mini fiche anonyme avec ce qui lui a le plus plu en 3 lignes et ce qui lui a le moins plu en. 3 lignes. Et en tirer une compilation semestrielle des points forts à conserver, et d'actions ciblées sur les points faibles.

  • Catherine a écrit :

    01/10/2017 14:08

    Sujet : Image professionelle des députés

    Creation au sein de l'assemblée nationale d'un petit studio télé et vidéo, qui travaillerait pour l'Assemblée et aussi pour les Députés dans leurs circonscriptions.

    • Ce studio disposerait de mettons 20 formats standards de «films» (scenarii, durees, fonds d'écran, graphisme, musiques,...) que l'on pourrait créer rapidement à moindre coût par rapport à un prestataire externe et qui permettrait à un député de louer le studio pour s'enregistrer quelques minutes sur un thème qu'il voudrait partager en circonscription. Le studio en ferait un montage et mise en image et musique un peu plus «sexy» et il pourrait l'utiliser dans sa circonscription pour le marketing. Et de meme pour des mises en images locales, prestation qui serait alors refacturee selon une grille standard à la circonscription. Mais la mutualisation baisserait le prix.
    • le studio pourrait aussi réaliser une fois par semaine un film «punchy» de 2 minutes intitulé : «cette semaine à l'honneur....» sur l'action d'un député à mettre en exergue sur le site.

  • Catherine T. a écrit :

    01/10/2017 13:51

    Sujet : Liens avec les parlements étrangers (a minima UE)

    Je propose d'enrichir la partie du menu dédié à l'étranger en mettant en place :

    • des liens automatiques vers tous les sites des parlements de chaque pays pour ceux (citoyens et députés) qui veulent consulter
    • un moteur de recherche hypertexte avec partage des mots clés entre tous les sites des autres parlements, afin de pouvoir en un «clic» trouver tous les articles/travaux sur le developpement durable, ou la pollution, ou l'égalité H/F, disponibles en europe, et parfois s'en inspirer.... sans avoir à solliciter les députés etrangers (ou au minimum le faire en ayant eu la correction de préparer le travail en prenant connaissance de leur travaux)
    • créer un poste dans l'Assemblée de «chercheur de données» qui serait un expert en requetes et aurait pour mission sur demande formalisée (format standard avec description et delai de livraison souhaité) d'un député d'aller screener la bibliothèque, les parlements étrangers et le «net» pour lui livrer en retour une liste de liens pertinents, voire d'interlocuteurs. Les députés et leurs assistants perdraient trop de temps à cela sinon, il faut eviter la dispersion, et certaines requetes serviraient à plusieurs sans mobiliser un assistant de ci de là.

Retour haut de page