Eugène, Serge Authier

1909 - 1989

Informations générales
  • Né le 16 décembre 1909 à Rougemont (Doubs - France)
  • Décédé le 18 mai 1989 à Vernon (Eure - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ve législature
Mandat
Du 9 juillet 1974 au 2 avril 1978
Département
Eure
Groupe
Union démocratique pour la V° République

Biographies

Biographie de la Ve République

AUTHIER (Eugène, Serge)
Né le 16 décembre 1909 à Rougemont (Doubs)
Décédé le 18 mai 1989 à Vernon (Eure)

Député de l’Eure de 1974 à 1978

Eugène Authier est né le 16 décembre 1909 en Franche-Comté, au cœur du département du Doubs. En plus de son certificat d’études primaires et de son baccalauréat, il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur électricien. Fort de cette formation, il entame à partir de 1933 une carrière d’industriel, comme expert conseil du secteur agricole de l’alimentation. Il se présente comme entrepositaire à Vernon, dans le département de l’Eure, dans les domaines de la cidrerie, de la distillerie et de l’importation des vins d’Algérie. Il se marie le 11 octobre 1937, avec Germaine Descudé, union de laquelle naissent trois enfants.
Sa carrière politique débute en 1952 ; élu conseiller municipal de Vernon, il devient adjoint au maire de la ville. Après avoir abandonné ces fonctions locales, en 1958, il accepte de seconder, comme suppléant éventuel à la députation, le sous-préfet René Tomasini, gaulliste dont l’influence dans l’appareil de l’Union pour la Nouvelle République (U.N.R.) est prépondérante. Ils sont candidats dans la quatrième circonscription de l’Eure, qui regroupe les cantons des Andelys, d’Ecos, d’Etrépagny, de Fleury-sur-Andelle, de Gisors, de Lyons-la-Forêt, de Pacy-sur-Eure et de Vernon. Les deux hommes sortent victorieux des scrutins législatifs consécutifs de 1958, 1962, 1967, 1968 et 1973, avec des résultats oscillant entre 21 993 – leur étiage - en 1962, et 27 366 suffrages exprimés, en 1968 – leur plus grand succès.
A la suite des élections présidentielles du printemps 1974, René Tomasini, devenu conseiller général et maire gaulliste des Andelys, secrétaire général de l’Union des Démocrates pour la République (U.D.R.) et proche de Charles Pasqua, est appelé dans le premier gouvernement du jeune Jacques Chirac, duquel il sera longtemps considéré comme l’un des « pères en politique » : il obtient le portefeuille de secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement. A cette suite, Eugène Authier devient député de la quatrième circonscription de l’Eure.
Entre-temps, l’ancien adjoint au maire de Vernon a appartenu à la commission de développement économique régional (C.O.D.E.R.) de Haute-Normandie, de 1964 à 1973. Dès 1970, il est ingénieur conseil en industries agro-alimentaires, et expert auprès des tribunaux. Proclamé député le 9 juillet 1974, il s’inscrit au groupe parlementaire de l’Union des démocrates pour la République (U.D.R.). Il est nommé membre de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République. Il y siège pour le restant de la législature. En quatre ans, il appartient à douze commissions mixtes paritaires, ce qui est un véritable record. A neuf reprises, il en est membre suppléant ; par trois fois, il remplit la fonction comme titulaire. Par ailleurs, il est rapporteur de deux projets de loi. Le premier, autorisant le gouvernement à modifier par ordonnances les circonscriptions pour l’élection des membres de la Chambre des députés du territoire des Afars et des Issas, et remis le 24 novembre 1976, n’est pas discuté en séance publique. En revanche, le 5 mai 1977, Eugène Authier prend la parole au banc des commissions sur le projet de loi, adopté par le Sénat, et modifiant la législation relative à l’exercice des activités ambulantes et au régime applicable aux personnes circulant en France sans domicile, ni résidence fixes. Lors de la discussion générale, il rappelle le caractère libéral de la loi du 3 janvier 1969, fondement de la législation à modifier. Il condamne le maintien des dispositions discriminatoires frappant les étrangers, et rappelle que ces dispositions sont contraires au traité de Rome. Il souhaite rendre plus libérales les conditions relatives à la nationalité, et considère comme « urgente » la résolution du problème du stationnement des nomades dans des conditions décentes. Il rappelle notamment l’insuffisance des crédits prévus à cet effet.
Par ses votes, le député gaulliste de l’Eure fait montre de son soutien à la majorité soutenant Jacques Chirac, puis Raymond Barre. Ainsi, le 10 octobre 1974, en première lecture, il vote l’ensemble du projet de loi constitutionnelle portant révision de l’article 25 de la Constitution. Le 28 novembre 1974, contrairement à nombre d’élus de l’U.D.R., mais fidèle au Premier Ministre, il se prononce, en première lecture, en faveur du projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse (I.V.G.), défendu par Simone Veil, ministre de la santé. De la même manière, il vote pour la réforme relative au divorce, le 4 juin 1975. L’année suivante, il vote pour la réforme constitutionnelle modifiant l’article 7 de la Constitution. Le 28 avril 1977, il soutient le gouvernement de Raymond Barre. Quelques semaines plus tard, le 21 juin, il vote en faveur du texte d’initiative gouvernementale, relatif à l’élection des représentants à l’Assemblée des communautés européennes.
Au scrutin législatif du printemps 1978, Eugène Authier n’est pas candidat au renouvellement de son mandat parlementaire. René Tomasini est pour la sixième fois consécutive en lice pour le siège de la quatrième circonscription de l’Eure. Il a choisi un nouveau suppléant : Jérôme Bossuyt, agriculteur et maire de la ville de Neuilly, sise dans la vallée de l’Eure.
Retraité, Eugène Authier abandonne progressivement la vie politique. Il disparaît le 18 mai 1989 à Vernon, à l’âge de 79 ans. Il était chevalier de la Légion d’honneur, chevalier du mérite agricole, chevalier du mérite social. Il était titulaire de la médaille d’honneur de la jeunesse et des sports.

Retour haut de page