Jean-Charles, Bénigne Varenne de Fenille

1780 - 1848

Informations générales
  • Né le 12 novembre 1780 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 6 janvier 1848 à Bourg-en-bresse (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Ain
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 13 novembre 1822 au 24 décembre 1823
Département
Ain
Groupe
Ministériel modéré
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Ain
Groupe
Ministériel modéré

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816, et de 1822 à 1827, né à Paris le 12 novembre 1780, mort à Bourg (Ain) le 6 janvier 1848, il entra à l'Ecole polytechnique en 1797, y fut sous-chef de brigade, et devint auditeur au conseil d'Etat en 1805, puis sous-préfet de Lyon le 14 janvier 1811.

Il adhéra au retour des Bourbons, qui le nommèrent président du collège électoral de Bourg et conseiller général, et refusa, aux Cent-Jours (10 juin 1815), les fonctions de sous-préfet de Bourg (Ain).

Elu, le 22 août 1815, député du grand collège de l'Ain, par 149 voix (205 votants, 291 inscrits), il prit place dans la majorité de la Chambre introuvable, fut nommé secrétaire général de la préfecture de l'Ain le 13 novembre 1816, donna sa démission peu après, devint conseiller municipal de Bourg et vice-président de la Société d'agriculture, refusa (10 juin 1818) la sous-préfecture du Vigan, et accepta de nouveau le poste de secrétaire général à Bourg le 6 septembre 1820.

Réélu député du 1er arrondissement électoral de l'Ain (Bourg), le 13 novembre 1822, par 123 voix (230 votants, 255 inscrits), contre 107 à M. Am. Girod, et le 25 février 1824, par 127 voix (228 votants, 243 inscrits), contre 100 à M. Rodet, il vota avec les ministériels modérés, indépendants par sentiment, dépendants par position, et rentra dans la vie privée en 1827.

Date de mise à jour: juillet 2015



Retour haut de page