Antoine, Jean-Baptiste, Joseph Gravier

1784 - 1850

Informations générales
  • Né le 3 septembre 1784 à Gréoux (Basses-Alpes - France)
  • Décédé le 8 mars 1850 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Basses-Alpes
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816, de 1827 à 1846, et pair de France, né à Gréoux (Basses-Alpes) le 3 septembre 1784, mort à Paris le 8 mars 1850, « fils légitime de sieur Jean-Baptiste Joseph Gravier et de dame Jeanne-Thérèse-Elisabeth Grange, », il était banquier, quand il fut élu, le 22 août 1815, député du collège de département des Basses-Alpes, par 102 voix (122 votants et 179 inscrits).

Chargé, à la Chambre introuvable, de présenter le rapport sur les lettres de grande naturalisation accordées au général Loverdo, il prononça la phrase suivante: « Il (Loverdo) aida à consommer la défaite d'un parti généralement abhorré, et contre lequel s'élevait une haine d'opinion qui fit éclore une force d'opposition vraiment nationale qui décida de la journée de Waterloo et livra aux étrangers le chemin ouvert jusqu'à la capitale. »

A la suite de ce rapport, en 1816, il fut nommé caissier général de l'amortissement et chevalier de la Légion d'honneur le 23 avril 1821.

Le 17 novembre 1827, il fut élu député par le collège de département des Basses-Alpes, avec 127 voix (159 votants, 190 inscrits). Réélu successivement: le 28 octobre 1830 par 152 voix (161 votants, 225 inscrits), le 5 juillet 1831, dans le 1er collège du même département (Digne), avec 143 voix (166 votants, 246 inscrits), le 21 juin 1834 par 136 voix (198 votants, 268 inscrits), contre 47 à M. de Laplane, le 4 novembre 1837 par 126 voix (242 votants, 305 inscrits), contre 109 à M. Duchaffault, le 2 mars 1839 par 138 voix (171 votants, 325 inscrits), enfin le 9 juillet 1842 par 155 voix (231 votants, 332 inscrits), contre 58 à M. Chais et 12 à M. Ailhaud, il fut élevé, le 21 juillet 1846, à la dignité de pair de France.

Le gouvernement lui devait cette juste récompense, car, fidèle à tous les ministères, l'un des 221 de la réunion Jacqueminot, il avait voté, pendant la législature de 1839-1842, pour la dotation, pour les fortifications de Paris, pour le recensement, contre les incompatibilités et contre l'adjonction des capacités, et, pendant celle de 1842-1846, pour l'indemnité Pritchard, pour l'augmentation du traitement des hauts fonctionnaires, contre toutes les propositions libérales formulées par l'opposition.

La révolution de 1848 le rendit à la vie privée.

Date de mise à jour: juin 2013

Retour haut de page