Albert, Jean-Marie, Alexandre Boucau

1826 - 1893

Informations générales
  • Né le 26 décembre 1826 à Dax (Landes - France)
  • Décédé le 24 juillet 1893 à Lévignacq (Landes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Landes
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Landes
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 14 février 1886 au 14 octobre 1889
Département
Landes
Groupe
Union des gauches

Biographies

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871, député de 1881 à 1885, et de 1886 à 1889, né à Dax (Landes), le 26 décembre 1826, il était notaire à Lévignacq, et membre du conseil général.

Il était peu connu, lorsqu'il fut élu, par 37,436 voix sur 55,536 votants et 84,844 inscrits, représentant des Landes, à l'élection partielle qui eut eu lieu le 2 juillet 1871, pour remplacer MM. Thiers et Duclerc, ayant opté pour d'autres départements. Précédemment, lors des élections générales du 8 février, M. Boucau avait échoué avec 24,056 voix sur 54,902 votants. Il se fit inscrire aux réunions de la gauche et de l'union républicaine, et vota :

- le 30 août 1871, contre le pouvoir constituant de l'Assemblée;
- le 3 février 1872, pour le retour de l'Assemblée à Paris;
- le 24 mai 1873, contre l'acceptation de la démission de Thiers ;
- le 19-20 novembre, contre le septennat ;
- le 20 janvier 1874, contre la loi des maires;
- le 30 janvier 1875, pour l'amendement Wallon;
- le 25 février pour l'ensemble des lois constitutionnelles.

Après la session de l'Assemblée nationale, M. Boucau rentra dans la vie privée, et n'en sortit qu'aux élections du 21 août 1881, ayant été nommé, par 7,585 voix (8,193 votants, et 13,372 inscrits) député de la 2e circonscription de Mont-de-Marsan ; il appartint jusqu'en 1885 à la majorité opportuniste qui appuya Gambetta et M. Jules Ferry au pouvoir, vota:

- contre l'élection du maire de Paris,
- contre l'abolition du Concordat,
- contre l'élection de la magistrature,
- pour les crédits de l'expédition du Tonkin,
- pour le maintien de l'ambassadeur français au Vatican, etc.

Porté sur la liste républicaine, dans les Landes, le 4 octobre 1885, M. Boucau échoua d'abord avec 33,230 voix contre 37,014 à M. de Favernay, le dernier élu de la liste conservatrice. Mais l'élection des Landes fut invalidée par la Chambre, et, au nouveau scrutin du 14 février 1886, M. Boucau, élu cette fois avec la liste républicaine, passa avec 38,080 voix (72,400 votants, 83,105 inscrits). Il s'inscrivit à « l'union des gauches, » et vota avec ce groupe. Dans la dernière session, il s'est abstenu sur le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889), s'est prononcé:

- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février, chute du ministère Floquet),
- pour les poursuites contre trois députés, membres de la Ligue des patriotes (14 mars),
- pour le projet de loi Lisbonne, restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- pour les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 26 décembre 1826 à Dax (Landes), mort le 24 juillet 1893 à Lévignacq (Landes).

Représentant des Landes à l'Assemblée Nationale de 1871 à 1876. Député des Landes de 1881 à 1885 et de 1886 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. 1, p. 407).

Il ne se représenta pas aux élections générales de 1889, et vécut désormais à l'écart de la politique.

Il mourut le 24 juillet 1893 âgé de 67 ans, à Lévignacq, dans les Landes, où il s'était retiré.


Retour haut de page