Victor Paillot de Loynes

1767 - 1842

Informations générales
  • Né le 16 novembre 1767 à Troyes (Aube - France)
  • Décédé le 20 avril 1842 à Troyes (Aube - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Aube
Groupe
Centre
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 octobre 1816 au 22 juillet 1820
Département
Aube
Groupe
Centre

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1820, né à Troyes (Aube) le 16 novembre 1767 « du légitime mariage de jacques Paillot écuyer seigneur de Montabert et de dame Marie Marguerite Dessain », mort à Troyes le 20 avril 1842, avocat dans sa ville natale, maire de Troyes de 1800 à 1803, membre du conseil général en 1804, conseil qu'il présida pendant vingt ans, il s'occupa avec une grande sollicitude des intérêts de la région et demanda à l'Empereur l'établissement du canal de la haute Seine.

Il adhéra avec empressement au retour des Bourbons, fut élu, le 22 août 1815, député du grand collège de l'Aube, par 81 voix (161 votants, 215 inscrits), et fut réélu, le 4 octobre 1816, par 72 voix (142 votants, 213 inscrits).

A la Chambre, il se montra le défenseur courageux des bonapartistes ou républicains de son département que l'intransigeance royaliste voulait éliminer de leurs emplois, se plaignit de l'indifférence dont les régions les plus éprouvées par l'invasion étaient victimes, obtint 1,440,000 francs d'indemnités pour réparer les désastres de la guerre, et fut le promoteur de la création d'une chambre de commerce à Troyes.

Secrétaire de la Chambre et de la commission du budget, il fut nommé préfet de la Mayenne le 1er juin 1817, refusa ce poste, mais accepta la préfecture de l'Aube le 6 septembre 1820.

Aux élections législatives du 13 novembre suivant, le grand collège de ce département ne lui donna que 74 voix contre 83 à l'élu, M. Pavée de Vandœuvre ; il n'avait pas été plus heureux, huit jours auparavant, dans le 1er arrondissement du même département(Troyes) avec 150 voix contre 189 à l'élu, M. Vernier-Guerard.

M. Paillot conserva ses fonctions de préfet jusqu'à la révolution de 1830. Il donna alors sa démission et renonça à la vie politique. Chevalier de la Légion d'honneur, du 11 septembre 1814.

Date de mise à jour: février 2015


Retour haut de page