Pierre, Michel, Victor Grandin

1797 - 1849

Informations générales
  • Né le 21 décembre 1797 à Elbeuf (Seine-Inférieure - France)
  • Décédé le 25 août 1849 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 25 août 1849
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Droite monarchiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1839 à 1848, représentant en 1848 et en 1849, né à Elbeuf (Seine-Inférieure) le 21 décembre 1797, mort à Paris le 25 août 1849, issu d'une famille de riches industriels, il fonda à Elbeuf, avec ses deux frères, un vaste établissement pour le filage, la teinture et le tissage de la laine.

Membre du conseil général des manufactures et du conseil général de la Seine-Inférieure, il fut élu député, le 2 mars 1839, par le 4e collège de la Seine-Inférieure (Rouen), avec 477 voix (944 votants, 991 inscrits).

Réélu, le 9 juillet 1842, par 598 voix (951 votants, 1 202 inscrits), contre 344 à M. Sevaistre, et, le 1er août 1846, par 845 voix (885 votants, 1 384 inscrits), il prit place dans les rangs de l'opposition constitutionnelle et vota contre l'agiotage, pour le système protecteur, pour l'exploitation des chemins de fer par l'Etat, contre l'indemnité Pritchard et pour la proposition sur les députés fonctionnaires. Quatre fois il obtint l'annulation de l'élection de Charles Laffitte à Elbeuf, parce qu'elle était le prix d'une promesse de concession de chemin de fer.

Le 23 avril 1848, il fut élu représentant de la Seine-Inférieure à l'Assemblée constituante, le 9e sur 19, par 130 004 voix ; il fit partie du comité du commerce et de l'industrie, prit plusieurs fois la parole, et vota :
- contre le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour le décret sur les clubs,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la constitution,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'expédition de Rome.

Réélu par le même département à la Législative, le 13 mai 1849, le 3e sur 16, avec 94 042 voix (146 223 votants, 213,301 inscrits), il siégea dans la majorité monarchiste et mourut du choléra au début de la législature.

Retour haut de page