François, Joseph Haas

1778 - 1839

Informations générales
  • Né le 15 mai 1778 à Guebwiller (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 23 février 1839 à Belfort (Territoire-de-Belfort - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Haut-Rhin
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Haut-Rhin
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 5 février 1837 au 3 octobre 1837
Département
Haut-Rhin
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Haut-Rhin
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1824 à 1830 et de 1837 à 1839, né à Guebwiller (Haut-Rhin) le 15 mai 1778, mort à Belfort (Haut-Rhin) le 23 février 1839, fils d'un boucher de Strasbourg, il était négociant à Belfort où il devint président du tribunal de commerce et maire de la ville.

Libéral avant 1820, il fut nommé receveur particulier des finances sous le ministère Decazes, mais il adhéra en 1824 à la politique de M. de Villèle; celui-ci favorisa son élection comme député, dans le 3e arrondissement du Haut-Rhin (Belfort), le 25 février 1824, avec 81 voix (84 votants, 124 inscrits).

Réélu par 56 voix (101 votants, 106 inscrits), contre 44 à M. Migeon, le 17 novembre 1827, il échoua (23 juin 1830) avec 47 voix contre 80 à l'élu, M. Migeon. Durant la législature de 1824 à 1827, il vota avec les 300 dévoués à M. de Villèle; mais, déjà opportuniste, il se réunit, après 1827, à la fraction Agier, sans cependant voter l'adresse des 221.

Les élections de juillet 1830 ne lui furent pas favorables; il ne rentra au parlement que le 5 février 1837, élu dans le 5e collège du Haut-Rhin (Belfort), par 180 voix sur 208 votants, contre 21 à M. Comte, directeur général des postes, en remplacement de M. Stroltz, démissionnaire. Nommé receveur général, il dut se représenter devant ses électeurs, qui lui confirmèrent son mandat, le 4 novembre 1837, par 186 voix sur 205 votants et 287 inscrits (4 novembre 1837). Il prit place parmi les ministériels, vota la loi de disjonction et mourut à la fin de la législature.

Retour haut de page