Alfred, François Nettement

1805 - 1869

Informations générales
  • Né le 21 août 1805 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 14 novembre 1869 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Morbihan
Groupe
Extrème droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, né à Paris le 21 août 1805, mort à Paris le 14 novembre 1869, il fit ses études au collège Rollin, et débuta dans la littérature par des articles de critique dans l'Universel (1829-1830), et la Quotidienne.

Lorsque ce journal se transforma pour devenir l'Union monarchique, M. Nettement, légitimiste et catholique, continua d'appartenir à la rédaction; mais il s'en sépara par suite d'un dissentiment d'opinion avec ses collaborateurs, à l'occasion de l'abdication de Charles X. Passé à la Gazette de France, il travailla en même temps au journal la Mode, et se distingua dans ces deux feuilles par des articles d'une piquante vivacité contre les hommes et les institutions de juillet.

Rédacteur en chef de la Jeune France en 1833, puis fondateur de l'Opinion publique en 1848, il y mena d'ardentes polémiques, et se fit élire, comme candidat conservateur royaliste, le 13 mai 1849, représentant du Morbihan à l'Assemblée législative, le 10e et dernier, par 53,065 voix (86,060 votants, 127,169 inscrits). Il siégea à l'extrême-droite et soutint plusieurs fois à la tribune les opinions nettement royalistes. Il fut membre de la commission de permanence et de celle de la loi sur la presse, et vota :

- pour l'expédition de Rome,
- pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement,
- pour la loi restrictive du suffrage universel.

Il ne se rallia pas à la politique de l'Elysée, protesta contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851, à la mairie du 10e arrondissement, et fut incarcéré à Mazas pendant quelques jours. Son journal l'Opinion publique ayant été supprimé, il quitta la politique militante pour s 'occuper exclusivement de littérature et d'histoire, fut, de 1852 à 1855, rédacteur de la Revue contemporaine, et prit, en 1858, la direction de la Semaine des familles.

M. Alfred Nettement a laissé un grand nombre d'ouvrages parmi lesquels : Histoire de la révolution de juillet 1830 (1833); Les Ruines morales et intellectuelles, méditations sur la philosophie et l'histoire (1836); des Mémoires sur la duchesse de Berry (1837), rédigés d'après les notes de M. Lamotte-Langon; Histoire anecdotique, politique et littéraire du Journal des Débats (1842); diverses brochures de circonstance, Henri de France ou Histoire de la branche aînée pendant quinze ans d'exil (1830-1845); la Presse parisienne, la Révolution française (1848); Histoire de la littérature française sous la Restauration (1852); Histoire de la littérature française sous la royauté de juillet (1854); etc., etc.


Retour haut de page