Henri, Alexandre, Arthur Bertrand

1811 - 1878

Informations générales
  • Né le 6 décembre 1811 à Trieste (Italie)
  • Décédé le 22 janvier 1878 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Indre
Groupe
Cavaignac

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils d'Henri Gratien Bertrand qui fut député sous Louis-Philippe, représentant à l'Assemblée constituante de 1848, né à Trieste (Autriche), le 6 décembre 1811, mort à Paris, le 22 janvier 1878, il entra à l'Ecole polytechnique en 1830, et prit part à l'insurrection républicaine qui fit renvoyer de l'Ecole (juin 1832) un grand nombre de ses camarades; frappé lui-même par cette mesure de rigueur, il fut réintégré au bout de quelques mois.

Sous-lieutenant d'artillerie en janvier 1833, il se battit en Algérie sous les ordres du maréchal Clausel, et, revenu en France, fut fait capitaine en 1839.

Après la Révolution de 1848, il se présenta comme républicain aux suffrages des électeurs de l'Indre, fut élu par 39,477 voix (60,569 votants, 71,004 inscrits) représentant à l'Assemblée constituante, où il fit partie du comité de la guerre et soutint le parti de Cavaignac, votant tantôt avec la gauche et tantôt avec la droite :

- le 26 mai 1848, pour le bannissement de la famille d'Orléans;
- le 26 août, pour les poursuites contre Louis Blanc et contre les poursuites contre Caussidière;
- le 18 septembre, contre l'abolition de la peine de mort;
- le 21 octobre, pour l'abolition du remplacement militaire ;
- le 2 novembre, contre le droit au travail;
- le 27 décembre, pour la suppression de l'impôt du sel;
- le 12 janvier 1849, contre la proposition Rateau;
- le 21 mars, contre l'interdiction des clubs;
- le 16 avril, contre l'expédition de Rome;
- le 20 avril, pour la suppression du cautionnement des journaux;
- le 18 mai, pour l'abolition de l'impôt des boissons.

Le capitaine Bertrand avait combattu, après le 10 décembre 1848, la politique des ministres de L.-N. Bonaparte. Non réélu à l'Assemblée législative, il reprit ses fonctions d'officier d'artillerie, et fut nommé chef d'escadron en 1852. Il fit la campagne d'Orient, assista au siège de Sébastopol, et, rallié au gouvernement impérial, devint lieutenant-colonel, officier d'ordonnance du prince Jérôme, puis colonel, inspecteur général des manufactures d'armes et enfin général de brigade en 1864. Grand-officier de la Légion d'honneur du 4 décembre 1873, époque de son passage dans le cadre de réserve.


Retour haut de page