Jacques, Joseph Filassier ou Fillassier

1745 - 1799

Informations générales
  • Né le 1er janvier 1745 à Warwick-sud (Belgique)
  • Décédé le 22 juillet 1799 à Clamart (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 15 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Seine
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée législative de 1791, né à Warwick-Sud (Flandre) en 1745, mort à Clamart (Seine) le 22 juillet 1799, il s'éprit, ses études faites, des théories de Rousseau, et composa un ouvrage d'éducation, Eraste ou l'Ami de la jeunesse (1773), qui le fit entrer à l'académie d'Arras. Agronome passionné, il vint se fixer auprès de Paris et dirigea la pépinière de Clamart.

Il était procureur-syndic de Bourg-la-Reine, quand il fut élu, le 15 septembre 1791, député de Paris à l'Assemblée législative, le 13e sur 24, par 428 voix sur 762 votants.

Il siégea à gauche, et se prononça, le 24 mai 1792, pour l'application des doctrines exprimées en matière de liberté de conscience par J.-J. Rousseau dans son Contrat social. A cette même séance, il demanda à convertir en motion la page du Contrat social disant que le souverain a le droit de bannir les membres d'une religion invariable et de punir de mort « celui qui ayant reconnu publiquement les dogmes de la religion civile, se conduit comme ne les croyant pas ».

Il fut l'objet, - le Moniteur ne dit pas pour quelle cause, - d'accusations dont il se justifia. Le compte-rendu de la séance du 10 août 1792 contient ces lignes : « Un membre du Comité de surveillance propose à l'Assemblée d'entendre la lecture de diverses lettres qui justifient pleinement M. Filassier, député, contre lequel on avait cherché à élever des soupçons. L'Assemblée passe à l'ordre du jour, motivé sur la certitude qu'elle a de la pureté des intentions de M. Filassier. »

Plus tard, la commune de Clamart l'envoya comme orateur à la barre de la Convention: il y fit un discours contre les prêtres. Il devint ensuite juge de paix à Bourg-Egalité (ci-devant Bourg-la-Reine), mais fut destitué en 1794 par ordre du représentant Crassous, en mission dans le département de Paris.

Filassier avait, outre quelques écrits relatifs à des expériences agronomiques, publié aussi un Dictionnaire historique de l'éducation (1771).

Retour haut de page