François, Ernest Anglès

1807 - 1861

Informations générales
  • Né le 1er juin 1807 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 13 avril 1861 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 10 mars 1850 au 2 décembre 1851
Département
Loire
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple à l’Assemblée législative de 1849, né à Paris le 1er janvier 1807, mort à Paris le 13 avril 1861, il fut auditeur au conseil d'Etat de 1828 à 1832, puis s'occupa activement d'agriculture dans le département de la Loire, où il était propriétaire. Il fut nommé successivement président de la société d'agriculture de l'arrondissement de Roanne et membre du Conseil général de l'agriculture et du commerce. Il était en outre directeur de la ferme école de Roanne.

Conservateur monarchiste, il fut élu comme tel par le département de la Loire le 10 mars 1850, avec 36 107 voix sur 71 849 votants et 117 550 inscrits, contre 35 138 voix données au candidat républicain, M. Antide Martin. Il remplaçait à l'Assemblée législative Martin Bernard condamné pour l'affaire du 13 juin 1849, dite des Arts-et-Métiers. Anglès alla siéger à droite, dans les rangs de la majorité et vota, sans jamais aborder la tribune, toutes les mesures que cette majorité accorda aux ministres du Prince président.

Il se prononça notamment :

- le 31 mai 1850, pour la nouvelle loi électorale, restrictive du suffrage universel ;
- le 23 novembre, pour l'ordre du jour pur et simple dans l'interpellation Maigne, Gambon, Dussoubs, etc., relative au régime appliqué aux détenus politiques ;
- le 3 décembre, contre la proposition Paulin Gillon sur les prestations en nature ;
- le 27 décembre, contre l'admission des céréales en grains, comme devant pénétrer en France, en franchise, dans l'article 1er du projet de loi sur les relations commerciales de la France et de l'Algérie.


Retour haut de page