François, Anastase Adam de la Pommeraye

1779 - 1832

Informations générales
  • Né le 28 février 1779 à Caen (Calvados - France)
  • Décédé le 16 avril 1832 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 1er octobre 1821 au 24 décembre 1823
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Calvados
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Calvados
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 16 avril 1832
Département
Calvados

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député sous la Restauration et sous le gouvernement de Juillet, né à Caen, le 28 février 1779 « du légitime mariage de Jean Baptiste Adam écuyer Sr. de la Pommeraye et de noble dame Barbe Jouenne », mort à Paris, le 16 avril 1832, il appartint d'abord à l'armée, où il parvint jusqu'au grade de chef d'escadrons.

Il avait pris sa retraite quand il fut élu comme candidat libéral dans l'arrondissement de Caen, le 1er octobre 1821, par 368 voix sur 682 votants et 920 inscrits, contre M. Daigremont de Saint-Manvieux, ancien député, qui obtint 296 voix. La vérification de ses pouvoirs donna lieu, le 12 novembre, à un débat : M. Ravez, de l'extrême-droite, rapporteur, concluait à l'invalidation, s'appuyant sur ce que le président du collège avait négligé de faire prêter le serment à un certain nombre d'électeurs. L'élection fut validée, grâce à l'appui du général Sébastiani et de M. Courvoisier, et à l'appoint d'une partie de la droite.

Aux élections générales du 25 février 1824, M. Daigremont de Saint-Manvieux l'emporta à son tour avec 469 voix contre 403 sur 884 votants; mais Adam de la Pommeraye prit sa revanche, le 17 novembre 1827, avec 511 voix sur 764 votants et 887 inscrits. Les légitimistes lui avaient opposé cette fois M. Dupont-Longrais, président de la Cour royale de Caen. Dans ces diverses législatures, Adam de la Pommeraye siégea sur les bancs de la gauche et vota constamment avec elle, sans monter à la tribune.

Après les journées de Juillet 1830, le député du Calvados fut adjoint aux commissaires chargés par Louis-Philippe de décider Charles X à quitter la France, et de l'accompagner jusqu'à Cherbourg. Le 10 août, il rejoignit à Falaise ses collègues, le maréchal Maison, de Schonen et Odilon Barrot : il avait reçu la mission spéciale de hâter la marche du cortège et de faire prendre au roi déchu la route de Caen. Informé des instructions d'Adam de la Pommeraye, Charles X reçut assez mal l'envoyé de Louis-Philippe, dans une petite auberge à quelque distance de Falaise, et se montra inébranlable dans sa volonté de prendre le chemin de Condé-sur-Noireau. Deux jours après, à Saint-Lô, Charles X ayant appris que les gardes nationaux de la ville, commandés par le général Hulot, s'étaient soulevés, et menaçaient de disperser son escorte, fit appel à l'intervention d'Adam de la Pommeraye qui calma les gardes nationaux, et obtint d'eux libre passage. Avant de s'embarquer, Charles X remit à Odilon Barrot, qui lui en avait exprimé le désir, un mot dans lequel il certifiait les égards dont il avait été l'objet de la part des commissaires, et « leurs attentions et leurs respects pour sa personne et sa famille ».

Adam de la Pommeraye fut réélu le 5 juillet 1831, dans l'arrondissement de Caen par 461 voix sur 493 votants et 623 inscrits; il fut un des premiers députés victimes du choléra de 1832, à Paris.

Le 28 novembre 1813, il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur.

Date de mise à jour : juillet 2013

Retour haut de page