Jean Baptiste, Amédée, Hector Etcheverry

1801 - 1855

Informations générales
  • Né le 30 novembre 1801 à Saint-etienne-de-baïgorry (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé le 13 septembre 1855 à Saint-etienne-de-baïgorry (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848 et en 1849, né à Saint-Etienne de Baïgorry (Basses-Pyrénées) le 30 novembre 1801, mort le 13 septembre 1855 à Saint-Etienne de Baïgorry, fils de Thomas Etcheverry qui avait été représentant aux Cent-jours, il lui succéda comme notaire.

Il fut, en 1830, nommé membre du conseil d'arrondissement de Mauléon. La garde nationale de son canton le mit ensuite à sa tête, et il fut de plus appelé à remplir les fonctions de syndic de la vallée de Baïgorry. Il rendit comme tel, dans les questions de délimitation de frontières, entre la France et l'Espagne, des services qui lui valurent sous Louis-Philippe la décoration de la Légion d'honneur (24 juillet 1847).

Maire de Saint-Etienne de Baïgorry avant le 24 février, il fut, le 23 avril 1848, élu représentant des Basses-Pyrénées, le 10e sur 11, avec 41,473 voix sur 90,262 votants et 116,890 inscrits. Classé d'abord parmi les républicains du lendemain, il prit bientôt place à droite et donna constamment sa voix à la politique anti-démocratique : « M. Etcheverry, écrivait alors un biographe parlementaire, était, avant février, démocrate républicain. Ses idées se sont un peu modifiées. M. Etcheverry est homme de courage et d'énergie; il s'est fait remarquer dans plusieurs combats contre les braconniers espagnols.» Il fit partie du comité de la marine et vota:

- contre le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- pour le décret sur les clubs,
- pour le rétablissement du cautionnement des journaux,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- pour l'institution de deux Chambres,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre l'abolition du remplacement militaire,
- pour le vote de l'ordre du jour « le général Cavaignac a bien mérité de la patrie »,
- pour l'impôt sur le sel,
- pour la proposition Rateau,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute-Cour,
- contre la proposition d'amnistie générale,
- pour l'ordre du jour Oudinot,
- pour l'interdiction des clubs,
- pour le crédit de 1.200.000 francs relatifs à l'expédition d'Italie,
- contre l'amnistie des transportés,
- contre la mise en accusation du président et des ministres.

Il n'assista pas à la discussion sur l'impôt progressif. M. Etcheverry fut, le 13 mai 1849, réélu par le département des Basses-Pyrénées, représentant à la Législative, le 3e sur 10, avec 39,799 voix sur 71,463 votants et 117,931 inscrits. Il continua de siéger à droite, fit partie de la réunion de la rue de Poitiers, soutint l'expédition romaine, vota la loi du 31 mai 1850 restrictive du suffrage universel et la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, etc. Il rentra dans la vie privée après le coup d'Etat du 2 décembre 1851. Il a été promu au grade d'officier de la Légion d'honneur le 23 juillet 1853.

Date de mise à jour: janvier 2016


Retour haut de page