Léo de Laborde

1805 - 1874

Informations générales
  • Né le 28 avril 1805 à Valence (Drôme - France)
  • Décédé le 15 décembre 1874 à Avignon (Vaucluse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Vaucluse
Groupe
Droite légitimiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, né à Valence (Drôme) le 28 avril 1805, mort à Avignon (Vaucluse) le 15 décembre 1874, ardent légitimiste, il combattit vivement le gouvernement de Louis-Philippe, et, candidat des royalistes de Vaucluse à l'Assemblée législative, le 13 mai 1849, fut élu représentant de ce département, le 5e et dernier, par 27,530 voix (58,830 votants, 78,705 inscrits).

Il avait eu, l'année précédente, avec M. Gent (Voy. ce nom), un duel retentissant dans lequel il blessa grièvement son adversaire. Après comme avant son élection, M. Léo de Laborde se fit remarquer par sa fougue et par une certaine indépendance d'opinions. Le 4 juillet, il déposa sur bureau une proposition pour que le choix des places dans l'Assemblée fût déterminé par le sort ou bien aux enchères, au profit des pauvres. L'année suivante, il déclara que le gouvernement républicain n'avait pas ses sympathies, mais qu'il en désirait la conservation, ne pouvant avoir ce qu'il voulait. Il vota d'ailleurs la plupart du temps avec la majorité. En 1851, il se prononça dans les bureaux pour l'abrogation de la loi du 31 mai suivie de la révision de la Constitution.

Le coup d'Etat du 2 décembre mit fin à sa carrière parlementaire. Il fit, depuis lors, plusieurs tentatives infructueuses pour rentrer dans la politique active. Le 29 février 1852, sa candidature d'opposition légitimiste au Corps législatif dans la 1re circonscription de Vaucluse échoua avec 3,977 voix contre 18,577 à l'élu officiel, M. de Verclos. Le 8 février 1871, il n'obtint encore, comme candidat royaliste à l'Assemblée nationale dans Vaucluse, que 24,149 voix sur 63,738 votants, et, le 2 juillet de la même année, 22,869 voix (60,637 votants). On a de lui : Note à consulter à propos des circulaires de M. Martin (du Nord) (1841).

Retour haut de page