Jean, Ernest Ducos de La Hitte

1789 - 1878

Informations générales
  • Né le 5 septembre 1789 à Bessières (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 22 septembre 1878 à Bessières (Haute-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 3 novembre 1850 au 7 février 1851
Département
Nord
Groupe
Bonapartiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 26 janvier 1852 au 4 septembre 1870

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Ministre, représentant en 1850-51 et sénateur du second Empire, né à Bessières (Haute-Garonne) le 5 septembre 1789, mort à Bessières le 22 septembre 1878, il passa par l'Ecole polytechnique, en sortit en 1809 lieutenant d'artillerie, et fit ses premières campagnes en Espagne où il gagna le grade de capitaine.

Il servit la Restauration, fit partie de l'expédition d'Espagne en 1823,d'où il revint colonel, puis de celles de Morée (1828) et d'Alger (1830), en qualité de maréchal-de-camp. M. de la Hitte etait alors attaché à la personne du Dauphin.

La révolution de juillet interrompit momentanément sa carrière. Toutefois, en 1838, il devint commandant de l'école d'artillerie de Besançon, fut chargé, en 1839, du commandement de l'artillerie en Afrique, et, après s'être distingué aux combats de Mouzaïa et de Médéah, obtint le brevet de lieutenant-général, le 21 juin 1840; il fut nommé ensuite président du comité d'artillerie.

Mis à la retraite d'office par un décret du gouvernement provisoire (1848), le général de la Hitte, dont les sentiments antirépublicains étaient bien connus, se rallia au parti de L.-N. Bonaparte, et, bien qu'il n'eût encore aucune situation parlementaire, fut choisi par lui comme ministre des Affaires étrangères en novembre 1849, portefeuille qu'il garda jusqu'au 9 janvier 1851.

Il fit une première tentative infructueuse à Paris, lors des élections partielles du 10 mars 1850, pour entrer à l'Assemblée législative : il n'obtint que 125,478 voix sur 260,198 votants; mais il fut plus heureux,le 3 novembre de la même année, et devint représentant du Nord avec 63,891 voix (68,497 votants, 142,205 inscrits), en remplacement de M. Wallon, démissionnaire, Il ne conserva son siège que peu de temps; ayant donné sa démission de représentant en février 1851, il fut nommé inspecteur de l'Ecole polytechnique, adhéra au coup d'Etat de décembre, fit partie de la Commission consultative, et, le 26 janvier 1852, fut appelé au Sénat.

Il y siégea pendant toute la durée de l'Empire, parmi les partisans fidèles du gouvernement de Napoléon III, et rentra dans la vie privée au 4 septembre 1870. Grand-croix de la Légion d'honneur du 10 août 1853.

Date de mise à jour: avril 2016

Retour haut de page