Georges Monnier

1796 - 1851

Informations générales
  • Né le 29 septembre 1796 à L'isle d'arz (Morbihan - France)
  • Décédé le 12 mai 1851 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 12 mai 1851
Département
Morbihan
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, né à l'Isle d'Arz (Morbihan) le 29 septembre 1796, mort à Paris le 12 mai 1851, il étudia le droit et les humanités, fut reçu avocat et entra dans l'enseignement.

Professeur, puis sous-principal au collège de Vannes, il y fut le maître de M. Jules Simon, qui lui a donné place dans les souvenirs personnels publiés par lui sous ce titre : Mémoire des autres: « La philosophie nous était enseignée par M. Monnier qui était chargé de la rhétorique l'année précédente, et que nous avons vu depuis député à l'Assemblée législative. M. Monnier était un saint, et, malgré cela, un homme d'esprit; mais il avait le défaut, assez grave pour un homme qui enseignait la philosophie, de ne pas savoir ce que c'était. Il avait entendu parler d'innovations faites par les Parisiens.
- Ils ont là-bas un jeune homme nommé Victor Cousin, qui a trouvé moyen de raffiner encore par-dessus les raffinements de La Romiguière.
Ce qu'était cette quintessence de raffinement, il ne s'est jamais donné la peine de le chercher.
- On a fait pour moi, nous disait-il, un petit résumé des inventions de La Romiguière. Il nous le dictait, c'était fort court, d'une puérilité sans égale.
- Tenons-nous-en à la vieille philosophie de nos pères, disait-il ensuite, c'est la bonne. Et là-dessus, il nous faisait apprendre les Cahiers de Lyon, et argumenter à outrance sur toutes sortes de thèses de métaphysique ou de morale. Il ne m'est resté dans l'esprit que la définition de l'idée; je la donne ici en passant, pour ceux de nos lecteurs qui ont le malheur de ne pas avoir étudié les «Cahiers de Lyon » : Idea est reprœsentatio mera objecti circa mentem realiter prœsentis. Cela veut dire, en français : « une idée est la représentation pure d'un objet réellement présent autour de l'esprit » et, en réalité, cela ne veut rien dire du tout. J'ai retenu aussi les fameuses règles d'argumentation en baroco. Je m'en suis tant servi pendant un an !»

Catholique fervent, M. Monnier fut inscrit, le 13 mai 1849, sur la liste conservatrice du Morbihan, et élu représentant de ce département à l'Assemblée législative, le 4e sur 10, par 55,995 voix (86,060 votants; 127,169 inscrits). Il prit place à droite, et opina avec la majorité hostile aux institutions républicaines: pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, pour la loi restrictive du suffrage universel. Il mourut avant la fin de la législature.


Retour haut de page