Albert Briand

1909 - 1966

Informations générales
  • Né le 5 août 1909 à Saint-pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon - France)
  • Décédé le 29 mai 1966 à Saint-pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 25 novembre 1962 au 4 juin 1964
Département
Saint-Pierre-et-Miquelon

Biographies

Biographie de la Ve République

BRIAND (Albert, Joseph)
Né le 5 août 1909 à Saint-Pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon)
Décédé le 29 mai 1966 à Saint-Pierre

Député de Saint-Pierre-et-Miquelon de 1962 à 1964 et de 1964 à 1966

La famille paternelle d’Albert Briand est une des plus anciennes de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Originaire de Saint-Malo, elle s’est installée sur ce territoire, vestige de la Nouvelle France, en 1765, avant d’en être chassée par l’occupation anglaise à la fin du XVIIIème siècle, puis de s’y réinstaller en 1816. Albert Briand effectue une partie de ses études au collège Sainte-Mary d’Halifax, dans la province canadienne de la Nouvelle-Ecosse. Il s’installe comme commerçant à Saint-Pierre en 1932 et ne quitte sa terre natale que pour combattre dans les armées de la France Libre, entre 1942 et 1944.
Dynamique et entreprenant, Albert Briand entend stimuler le développement des activités portuaires et du tourisme dans les îles françaises d’Amérique du Nord. Ses activités s’étendent dans les années 1950 à la pêche et à la congélation du poisson, ressource principale d’un territoire proche des bancs de Terre-Neuve. Propriétaire d’un hôtel et du plus grand magasin de Saint-Pierre, il crée une compagnie aérienne pour rompre l’isolement de l’archipel en 1956. Elle deviendra une société anonyme en mars 1964 et assure au début des années 1950 une ligne directe vers la Nouvelle-Ecosse de juin à octobre. Albert Briand est également à l’initiative du lancement d’un journal mensuel, L’Echo des Iles.
Dans un territoire qui ne compte que 2831 électeurs inscrits en mai 1959, les élections législatives revêtent nécessairement un caractère plus personnel que politique. Il s’agit de choisir le meilleur avocat pour défendre les intérêts de l’archipel à Paris. Sous la première législature de la Vème République, c’est Dominique-Antoine Laurelli, déjà élu de 1946 à 1951, qui assure cette tâche. Il sollicite le renouvellement de son mandat en novembre 1962 mais est concurrencé par Albert Briand. Ce dernier se présente sans étiquette, alors que le sortant, issu du MRP, est désormais soutenu par les gaullistes de l’Union pour la Nouvelle République (UNR). Albert Briand reproche implicitement à Dominique-Antoine Laurelli de n’être pas originaire du territoire dont il est l’élu et insiste sur ce point au cours de la campagne électorale, notamment sur les ondes radiophoniques. Contrairement aux règles de la métropole, le scrutin est organisé au scrutin majoritaire à un tour à Saint-Pierre-et-Miquelon. Albert Briand est élu député grâce au soutien de 962 électeurs sur 2381, soit 40,4% des suffrages exprimés, contre 33,3% pour Auguste Maufroy, commerçant à Saint-Pierre, et 26,3% seulement pour le sortant Dominique-Antoine Laurelli.
Fidèle à son parti pris d’indépendance, Albert Briand siège parmi les non-inscrits à l’Assemblée nationale sous la seconde législature de la Vème République. Il est nommé membre titulaire du Conseil de surveillance de la Caisse centrale de coopération économique le 19 janvier 1963 mais ne prend pas la parole à l’Assemblée nationale entre mars 1962 et le printemps 1964. Opposé à la majorité du Conseil général de Saint-Pierre-et-Miquelon, Albert Briand choisit d’en appeler aux électeurs et démissionne de son mandat parlementaire le 10 juin 1964. Des élections législatives sont organisées le 30 août 1964. Le principal concurrent d’Albert Briand est Georges Blin, candidat « d’Union pour la défense des intérêts économiques et sociaux du territoire ». Ce dernier a pour suppléant le vice-président du Conseil général Henri Morazé, homme d’affaires qui fit fortune pendant la période de prohibition aux Etats-Unis et propriétaire du musée de Saint-Pierre. Les vues d’Albert Briand pour le développement de l’archipel sont soutenues par 1246 électeurs sur 2287, soit 54,5% des suffrages exprimés. Au lendemain de ce succès, l’ensemble du Conseil général de Saint-Pierre-et-Miquelon présente sa démission. Les élections locales ont alors lieu selon un scrutin de liste dans ce territoire d’Outre-mer. A l’issue du vote de novembre 1964, où il ne rencontre plus aucune opposition, Albert Briand prend la présidence de l’Assemblée territoriale jusqu’au début de l’année 1966. L’entrepreneur devenu parlementaire figure au nombre des personnalités qui accueillent Louis Jacquinot, ministre d’Etat chargé des départements et territoires d’Outre-Mer, lors de sa visite à Saint-Pierre-et-Miquelon en 1964.
Elu de la plus petite circonscription française, Albert Briand prend la parole à deux reprises dans l’hémicycle entre 1964 et 1966. Le 22 octobre 1964, il regrette qu’aucune augmentation de la subvention d’équilibre n’ait été accordée au Conseil général de Saint-Pierre-et-Miquelon, alors que l’archipel « traverse une période très difficile » et « a manifesté sa volonté de changement ». Il revient en outre sur les travaux d’agrandissement du port de Saint-Pierre, dont l’objectif est de permettre l’accueil d’un plus grand nombre de chalutiers. Outre son intérêt économique, Albert Briand insiste sur l’aspect stratégique que revêt un archipel situé à proximité du Canada, et qui représente un « centre vivant du rayonnement de la culture française » en Amérique du Nord. Saint-Pierre-et-Miquelon connaît en effet une importante crise morale, sociale et économique dans les années 1960, sur laquelle Albert Briand entend attirer l’attention de l’exécutif.
Le 15 octobre 1965, l’entrepreneur saint-pierrais prend part à la discussion du budget des Territoires d’Outre-mer. Il saisit cette occasion pour faire part de son expérience d’élu d’un territoire « périphérique » à ses collègues, en majorité issu de la métropole. Saint-Pierre-et-Miquelon est victime selon lui d’une organisation administrative « anachronique par l’excessive centralisation des pouvoirs entre les mains du gouverneur », ce qui réduit « le rôle des élus locaux à celui de simples figurants qui votent les crédits mais n’en peuvent suivre l’utilisation ». Sans réclamer une réforme de statut, il demande un aménagement des textes « en vue d’une meilleure articulation des rapports entre le représentant du gouvernement français et l’assemblée locale ». Démissionnaire comme l’ensemble du Conseil général pour protester contre cet état de fait, Albert Briand regrette que la seule réaction du gouvernement ait consisté à envoyer 135 gardes mobiles sur l’archipel pour y maintenir l’ordre en cas de troubles. Il réclame au contraire l’adoption d’un plan quinquennal d’équipement pour Saint-Pierre-et-Miquelon.
Albert Briand n’est pas présent au Palais-Bourbon au moment des « grands scrutins » de la deuxième législature. Il ne prend pas part au vote autorisant la ratification du traité de l’Elysée, qui scelle la réconciliation franco-allemande (13 juin 1963) et est absent de l’hémicycle au moment de l’examen du projet de loi qui encadre les modalités d’exercice du droit de grève dans les services publics (26 juillet 1963). Il est excusé au titre de l’article 159 du règlement de l’Assemblée nationale lors du vote sur la réforme du service militaire (26 mai 1965).
Le député de Saint-Pierre-et-Miquelon est très soudainement emporté par une crise cardiaque à l’âge de 56 ans, au printemps 1966. Son suppléant, l’ethnologue Henri Le Besnerais, lui succède sur les bancs de l’hémicycle jusqu’aux élections législatives de mars 1967.
Le nom d’Albert Briand est donné après son décès à une rue de la commune de Saint-Pierre.