Henri Siméon

1803 - 1874

Informations générales
  • Né le 16 octobre 1803 à Florence (Italie)
  • Décédé le 21 avril 1874 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 10 juin 1843 au 6 juillet 1846
Département
Vosges
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Vosges
Groupe
Centre
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 10 mars 1850 au 2 décembre 1851
Département
Var
Groupe
Bonapartiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 26 janvier 1852 au 4 septembre 1870

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1843 à 1848, représentant en 1850 et sénateur du second Empire, né à Florence (Italie) le 16 octobre 1803, mort à Paris le 21 avril 1874, fils de Joseph Balthazar Siméon qui fut pair de France, il étudia le droit et entra (1826) au conseil d'Etat.

Partisan de la monarchie de juillet, il la servit comme préfet des Vosges (1830), du Loiret (1835) et de la Somme (1840), fut appelé (1842) par M. Humann à la direction générale des tabacs, et fut élu, le 10 juin 1843, député du 4e collège des Vosges (Remiremont), par 76 voix (105 votants, 149 inscrits), en remplacement de M. Bresson, décédé. Il prit place, au centre, compta parmi les soutiens les plus zélés du pouvoir et opina avec la majorité conservatrice pour l'indemnité Pritchard.

Commandeur de la Légion d'honneur (27 avril 1845) , il fut réélu, le 1er août 1846, par 96 voix (145 votants, 155 inscrits), contre 49 à M. Floret, soutint la politique de Guizot, et fut rendu à la vie privée par la révolution de février 1848.

Le 10 mars 1850, le département du Var ayant à donner un successeur à Ledru-Rollin, condamné par la haute cour de Versailles pour sa participation à l'affaire du 13 juin 1849, M. Siméon, désigné comme candidat par les monarchistes, fut élu représentant de ce département par 32,500 voix (64,549 votants, 101,516 inscrits).

Il se rallia au parti de l'Elysée, approuva le coup d'Etat de 1851, et fut compris le 26 janvier 1852, dans la première promotion de sénateurs. Il opina, pendant toute la durée du règne, conformément aux vœux du pouvoir, et quitta la vie politique en 1870. En 1861, il se trouva impliqué, comme président du conseil de surveillance de la caisse générale des chemins de fer, dans les poursuites dirigées contre M. Mirès ; déclaré civilement responsable par le tribunal de 1re instance de Paris et par la cour impériale de la Seine, il fut acquitté par l'effet de la réhabilitation de Mirès (avril 1862). On a de lui une traduction en vers des oeuvres d'Horace.

Retour haut de page