Alphée Bourdon de Vatry

1793 - 1871

Informations générales
  • Né le 27 décembre 1793 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 25 juillet 1871 à Fontaine-chaalis (Oise - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 7 novembre 1835 au 3 octobre 1837
Département
Moselle
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Moselle
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils de Marc Antoine Bourdon qui avait été ministre de la marine sous le Directoire, député de 1835 à 1848, représentant à l'Assemblée législative de 1849, né à Paris, le 27 décembre 1793, mort au château de Chaalis (Oise), le 25 juillet 1871, il avait appartenu à l'armée qu'il quitta avec le grade de chef d'escadron, et était devenu agent de change.

Il entra à la Chambre des députés, le 7 novembre 1835, comme l'élu du 4e collège de la Meurthe (Château-Salins) ; il remplaçait M. Fleury de Chaboulon, décédé. Il s'assit sur les bancs du centre et vota avec la majorité conservatrice. Réélu le 4 novembre 1837, par 189 voix sur 223 votants et 281 inscrits, il se sépara quelque temps du cabinet « du 15 avril »; mais « il rentra bientôt, dit une biographie, dans le giron ministériel, » et il n'en sortit plus. Bourdon de Vatry obtint sa réélection jusqu'à la fin du règne de Louis-Philippe, aux divers renouvellements qui eurent lieu, le 2 mars 1839, le 9 juillet 1842 et le 1er août 1846. Il vota l'indemnité Pritchard et soutint le gouvernement en toute circonstance, sauf dans la question des députés fonctionnaires, où il opina avec l'opposition. Il défendit en 1848 le ministère Guizot, fut l'adversaire de la réforme électorale, et de la révolution de février.

Il ne fit point partie de la Constituante. Mais le 13 mai 1849, les électeurs de la Meurthe l'envoyèrent, le 1er sur 9, par 51,321 voix (85,081 votants, 122,416 inscrits), siéger à l'Assemblée législative. La il s'associa à tous les votes de la droite, approuva l'expédition de Rome, la mise en accusation des représentants compromis dans l'affaire du 13 juin, les lois sur l'enseignement, contre le suffrage universel, etc. Il ne favorisa pas le coup d'Etat de décembre, et rentra dans la vie privée en 1851. M. Bourdon de Vatry était chevalier de la Légion d'honneur (1er novembre 1814).


Retour haut de page