Edouard, Marius Bousquet

1879 - 1954

Informations générales
  • Né le 8 juillet 1879 à Montélimar (Drôme - France)
  • Décédé le 7 février 1954 à Bellesagne-près-mende (Lozère - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 1er mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Lozère
Groupe
Fédération républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Lozère
Groupe
Fédération républicaine de France

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 8 juillet 1879 à Montélimar (Drôme),. mort le 7 février 1954 à Bellesagne près Mende (Lozère).

Député de la Lozère de 1932 à 1942.

De famille Mendoise, Edouard Bousquet fit ses études secondaires à Marseille, où son père était contrôleur des contribu tions indirectes, puis il s'inscrivit parallèlement à la Faculté de médecine, à la Faculté des lettres et à la Faculté des sciences de Montpellier. Interne des hôpitaux de cette ville, puis docteur en médecine il emporta également les diplômes de licencié ès lettres et de licencié ès sciences.

Installé médecin à Mende, ses qualités .humaines et professionnelles lui attirèrent la sympathie de ses concitoyens, le titre dont il tirait orgueil étant celui de « médecin des pauvres ».

Mobilisé en août 1914, sa brillante conduite lui valut la Croix de guerre, la Croix de la Légion d'honneur, et le grade de colonel-major du cadre de réserve. Rendu à la vie civile, il devint premier .adjoint au maire de Mende, et conseiller général de la Lozère, mandat qu'il conserva jusqu'en 1940.

C'est aux élections générales législatives du 1er mai 1932 qu'il brigua un siège de député dans la circonscription de Mende. Il fut élu au premier tour de scrutin, par 5.050 voix contre 2.423 à M. Parrain. Inscrit au groupe de la Fédération républicaine, il entra à la Commission de la marine militaire, à celle des travaux publics et des moyens de communication, et à celle de l'hygiène. Il intervint à la tribune, à diverses reprises sur : l'autorisation de rembourser ou de convertir divers fonds publics, la politique agricole du Gouvernement (1932), l'amnistie, les fraudes du concours de l'internat, la loi de finances de l'exercice 1933 (1933) ; les budgets de la marine militaire, de l'Intérieur de l'éducation nationale de l'exercice 1935 (1934) ; le budget de la marine militaire (médecins des hôpitaux de la marine) et la loi de finances de l'exercice 1936 (1936). Il déposa en outre deux propositions de loi concernant l'une le repeuplement des rivières et cours d'eau (1933), l'autre tendant à autoriser certaines communes à établir une taxe sur les estivants (1934), ains qu'un rapport relatif au corps des pharmaciens - chimistes de la marine (1933).

Réélu aux élections générales du 26 avril 1936, au premier tour de scrutin, par 5.193 voix contre 4.192 à M. Bourrillon, il siégea aux mêmes commissions que sous la précédente législature et eut l'occasion de se faire entendre sur le budget de l'agriculture de l'exercice 1937 au cours duquel il exposa son point de vue sur la prophylaxie de la tuberculose bovine, et sur les secours à accorder aux victimes de calamités atmosphériques (1936).

Le 10 janvier 1939 il fut élu Secrétaire de la Chambre. Il demanda, cette même .année, à interpeller le Gouvernement sur sa politique coloniale.

Le 10 juillet 1940, à Vichy, il vota pour les pouvoirs constitutionnels demandés par le Maréchal Pétain puis se tint à l'écart de la politique.

Il mourut à Bellesagne, près de Mende, le 7 février 1954 à 75 ans.

Le docteur Bousquet était président de l'ordre des médecins de la Lozère, médecin légiste et médecin expert.


Retour haut de page