Jean-Pierre, Blaise Cenac

1799 - 1882

Informations générales
  • Né le 4 février 1799 à Lourdes (Hautes-Pyrénées - France)
  • Décédé le 5 janvier 1882 à Argelès (Hautes-Pyrénées - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple à l’Assemblée constituante de 1848, né à Lourdes (Hautes-Pyrénées), le 4 février 1799, mort à Argelès (Hautes-Pyrénées), le 5 janvier 1882, il étudia la médecine, et, reçu docteur, s'établit à Argelès où il combattit le gouvernement de Louis-Philippe dans les rangs de l'opposition démocratique.

Après février 1848, il devient sous-commissaire de la République à Argelès, et bientôt (23 avril) fut élu représentant des Hautes Pyrénées à l'Assemblée constituante, le 5e sur 6, par 20,068 voix. Il fit partie du comité des cultes, siégea à gauche et vota :

- 9 août 1848, contre le rétablissement du cautionnement;
- 26 août, contre les poursuites intentées à Louis Blanc et à Caussidière;
- 1er septembre, pour le rétablissement de la contrainte par corps;
- 18 septembre, pour l'abolition de la peine de mort;
- 7 octobre, pour l'amendement Grévy sur la présidence;
- 12 janvier 1849, contre la proposition Rateau;
- 21 mars, contre l'interdiction des clubs;
- 16 avril, contre l'expédition de Rome;
- 2 mai, pour l'amnistie des transportés.

M. Cénac ne fut pas réélu à la Législative ; mais il continua à combattre le gouvernement présidentiel de L.-N. Bonaparte, dans le conseil général des Hautes-Pyrénées, dont il faisait partie. Après le coup d'Etat, il reprit l'exercice de sa profession de médecin, et ne se mêla plus aux affaires politiques, sauf pour se présenter, d'ailleurs sans succès, en 1876, aux élections sénatoriales. Chevalier de la Légion d'honneur du 14 juillet 1880.


Retour haut de page