François, Joseph, Louis Desurmont

1812 - 1877

Informations générales
  • Né le 6 décembre 1812 à Tourcoing (Nord - France)
  • Décédé le 14 novembre 1877 à Marquillies (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Nord

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848, né à Tourcoing (Nord) le 6 décembre 1812, mort à Marquillies (Nord) le 14 novembre 1877, propriétaire agriculteur à Marquillies, il a été membre du comité supérieur de l'instruction publique du département du Nord de 1838 à 1842.

Il fut élu, le 23 avril 1848, représentant du Nord à l'Assemblée constituante, la 21e sur 28, avec 125 591 voix sur 234 867 votants et 278 352 inscrits.

Il vota :
- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- pour le maintien de l'état de siège,
- contre l'impôt progressif,
- pour les bons hypothécaires du Crédit foncier,
- pour le vote sur l'ensemble de la Constitution,
- pour l'intérêt des prêts faits par le gouvernement aux associations ouvrières,
- pour les félicitations en l'honneur du général Cavaignac,
- pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute Cour,
- contre la demande de mise en accusation des ministres,
- pour le rejet de la proposition d'amnistie générale,
- pour la suppression de 50 000 francs sur le traitement du général Changarnier,
- pour l'amnistie des transportés,
- contre l'amendement contre la loi rétablissant le cautionnement,
- contre le décret du 21 mars sur les heures de travail,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre la proposition Duvergier de Hauranne,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre l'abolition du remplacement militaire,
- contre la sanction de la constitution par le peuple,
- contre le droit au travail,
- contre la suppression complète de l'impôt du sel,
- contre sa réduction,
- contre l'ordre du jour Oudinot,
- contre les 50 000 francs par mois à ajouter au traitement du président de la République,
- contre l'interdiction des clubs,
- contre la demande de mise en accusation du président et de ses ministres,
- contre l'abolition de l'impôt sur les boissons
- et, contre l'ordre du jour relatif aux affaires d'Italie et de Hongrie.

Il ne fut pas réélu à l'Assemblée législative, et rentra dans la vie privée.


Retour haut de page