Démophile Laforest

1795 - 1867

Informations générales
  • Né le 29 août 1795 à Villié (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 7 avril 1867 à Saint-léonard-sur-mer (Royaume-uni)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Rhône
Groupe
Gauche modérée

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848, né à Villié (Rhône) le 29 août 1795, mort à Saint-Léonard-sur-Mer (Angleterre) le 7 avril 1867, fils d'un maître de pension, il étudia le droit et s'établit à Lyon comme notaire.

Il professa sous Louis-Philippe des opinions libérales et se présenta, le 9 juillet 1842, puis, le 1er août 1846, à la députation : il réunit dans le 1er collège du Rhône, la première fois, 515 voix contre 586 à l'élu, député sortant, M. Sauzet, et, la seconde fois, 468 voix contre 722 au député sortant, et 156 à M. Guérin.

Placé à la tête de l'administration municipale par le parti populaire, après la révolution de 1848, M. Laforest montra dans ces fonctions une certaine habileté qui lui valut, avec l'appui de tous les partis, son élection comme représentant du Rhône à l'Assemblée constituante, le 1er sur 14, avec 126,743 voix. Presque toujours absent par congé, il ne prit qu'une part très restreinte aux travaux parlementaires. M. Laforest appartenait à la fraction la plus conservatrice de la gauche, et faisait partie du comité de la justice. Il se prononça:

- contre le droit au travail,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la suppression de l'impôt du sel.

Non réélu à la Législative, il continua de diriger à Lyon son étude de notaire, devint membre de la commission municipale de Lyon et conseiller général du Rhône, et reçut la croix de la Légion d'honneur. De fâcheuses opérations financières où son nom se trouva compromis l'obligèrent plus tard à quitter la France. Il passa en Angleterre et y mourut.

Retour haut de page