Joseph, Adolphe Liouville

1806 - 1882

Informations générales
  • Né le 24 mars 1806 à Saint-omer (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 8 septembre 1882 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Meurthe
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848, né à Saint-Omer (Pas-de-Calais) le 24 mars 1806, mort à Paris le 8 septembre 1882, il entra en 1825 à l'Ecole polytechnique et en sortit dans les ponts et chaussées. Mais il renonça bientôt à la carrière d'ingénieur pour se consacrer exclusivement aux mathématiques. Docteur ès-sciences, professeur adjoint à l'Ecole polytechnique en 1831, il obtint, en 1837, la chaire de mécanique rationnelle à la Sorbonne, et, peu après, celle d'analyse au Collège de France.

Chevalier de la Légion d'honneur (29 avril 1838), membre de l'Académie des sciences (1839) en remplacement de l'astronome Lalande, connu pour ses opinions démocratiques, il se mêla, en 1848, au mouvement politique, et fut élu, le 23 avril, représentant de la Meurthe à l'Assemblée constituante, le 2e sur 11, par 96 687 voix (100 120 votants). Il siégea parmi les membres du parti démocratique modéré, fit partie du comité des finances, et vota :

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- pour l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- contre la proposition Rateau,
- contre l'expédition de Rome.

Non réélu à la Législative, il reprit ses travaux, et fut nommé successivement officier de la Légion d'honneur (13 août 1861), membre du bureau des longitudes (26 mars 1862), commandeur de la Légion d'honneur (4 août 1875).

M. Liouville a publié un grand nombre de mémoires dans les recueils de l'Académie des sciences ; il a donné une excellente édition de la Géométrie de Monge, et a fondé le Journal des mathématiques pures plus communément appelé Journal de Liouville.


Retour haut de page