Frédéric Perrier

1775 - 1858

Informations générales
  • Né le 30 octobre 1775 à Simandre (Ain - France)
  • Décédé le 6 février 1858 à Trévoux (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Ain
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Ain
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Ain
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Ain
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Ain
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1848, né à Simandre (Ain) le 30 octobre 1775 « fils légitime du Sr Pierre Joseph Perrier Me ès arts et en la chirurgie des Bouchoux et de Dlle Claudine Françon son épouse », mort à Trévoux (Ain) le 6 février 1858, avocat et juge suppléant à Trévoux sous l'Empire, il fut destitué à la seconde Restauration.

Inscrit alors au barreau, il fit de l'opposition au gouvernement des Bourbons, et devint, en 1832, président du tribunal de Trévoux.

Il fut successivement élu député du 3e collège de l'Ain (Trévoux), le 21 juin 1834, par 76 voix (87 votants, 251 inscrits), contre 11 à M. Leviste de Montbrian; le 4 novembre 1837, par 140 voix (206 votants, 306 inscrits); le 2 mars 1839, par 196 voix (205 votants); le 9 juillet 1842, par 131 voix (255 votants, 337 inscrits), contre 53 à M. Margeraud, 43 à M. Laferrière et 22 à M. de Beost ; le 1er août 1846, par 206 voix (341 votants, 403 inscrits), contre 128 à M. Margeraud.

Candidat libéral au début, M. Perrier ne tarda pas à devenir ministériel ; il fut l'un des 221 députés qui approuvèrent la politique de M. Molé, et il vota pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris, pour le recensement, contre les incompatibilités, contre l'adjonction des capacités, pour l'indemnité Pritchard et contre la proposition sur les députés fonctionnaires. La révolution de 1848 l'éloigna de la vie publique.

Date de mise à jour: février 2014

Retour haut de page