Elizabeth, Louis, François Lelorgne d'Ideville

1780 - 1852

Informations générales
  • Né le 4 octobre 1780 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 30 mai 1852 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Allier
Groupe
Centre
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Allier
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Allier
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1837 à 1839, et de 1842 à 1848, né à Paris le 4 octobre 1780, mort à Paris le 30 mai 1852, il fut auditeur au conseil d'Etat sous le premier empire et secrétaire-interprète de Napoléon. La première Restauration le créa baron, le 11 novembre 1814, mais ne le maintint pas au conseil d'Etat; il ne devint maître des requêtes en service ordinaire qu'à la révolution de 1830.

Déjà conseiller général, il entra, à cette époque, dans la carrière politique. Ses débuts ne furent pas heureux, car il échoua successivement, le 5 juillet 1831, dans le 2e collège de l'Allier (La Palisse), avec 81 voix, contre 164 à l'élu, M. de Tracy; le 21 juin 1834, avec 72 voix, contre 126 à l'élu, M. de Tracy, député sortant; et le 10 janvier 1835, dans une élection partielle, avec 91 voix contre 104 à l'élu, M. Bureaux de Puzy.

Il entra au parlement comme député du même collège, le 4 novembre 1837, avec 130 voix (255 votants, 370 inscrits). Il prit place au centre, et fut l'un des 221 députés qui approuvèrent la politique du ministère Molé. Après la dissolution de la Chambre, il échoua de nouveau, le 2 mars 1839, avec 145 voix, contre 177 à l'élu, M. Moulin-Debord.

Les élections du 9 juillet 1842 le renvoyèrent à la Chambre par 162 voix (317 votants, 406 inscrits), contre 136 à M. Arloing, et 14 à M. Bureaux de Puzy, et il fut encore réélu, le 1er août 1846, par 165 voix (341 votants, 441 inscrits), contre 98 à M. Arloing et 75 à M. Moulin-Debord. Il continua de faire partie de la majorité ministérielle et vota pour l'indemnité Pritchard.

Il fut admis à la retraite, comme maître des requêtes, le 23 septembre 1851. Son fils, Henri-Amédée d'Ideville, créé comte par le pape Pie IX, et mort le 15 juin 1887, s'est fait connaître comme diplomate et surtout comme écrivain.

Retour haut de page