François, Eustache, Fulque d'Oraison

1796 - 1876

Informations générales
  • Né le 19 avril 1796 à Brest (Finistère - France)
  • Décédé le 22 février 1876 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Basses-Alpes
Groupe
Opposition libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1846 à 1848, né à Brest (Finistère) le 19 avril 1796, mort à Paris le 22 février 1876, il était en 1814 sous-lieutenant au 1er hussards.

Il se distingua l'année suivante à Waterloo, puis fut licencié avec l'armée de la Loire. Rappelé à l'activité quelques années après, comme lieutenant au 3e chasseurs à cheval, puis au corps des dragons royaux, il prit part à la campagne d'Espagne, en 1823, fut cité à l'ordre du jour de l'armée, et nommé chevalier de la Légion d'honneur.

Après avoir épousé, en 1816, la fille du comte Daru, ancien ministre d'Etat de l'empereur Napoléon, il entra, en novembre 1830, dans l'état-major particulier du maréchal Soult, alors ministre de la Guerre, qui le chargea de différentes missions à Anvers, en Algérie et à Lyon, pendant les troubles qui éclatèrent dans cette dernière ville. Il était alors capitaine et officier de la Légion d'honneur. Lieutenant-colonel en 1838, il eut à organiser, en 1840, un nouveau régiment de cavalerie, le 9e hussards, dont il prit le commandement avec le grade de colonel.

Elu, le 1er août 1846, député du 1er collège des Basses-Alpes (Digne), par 204 voix (326 votants, 372 inscrits), contre 70 voix à M. du Chaffault et 19 à M. Chais, il inclina du côté de l'opposition libérale, combattit, dans la discussion du budget de l'exercice de 1848, la réduction des dépenses de la gendarmerie, et, l'année suivante, fut membre de la commission du budget.

Mis en non-activité en 1848, il fut appelé, en 1849, au commandement du 8e lanciers par le prince Louis-Napoléon, fut promu général de brigade le 17 juillet 1850, et commanda successivement les subdivisions de l'Aisne et de l'Oise. Membre du comité de gendarmerie depuis 1854, et inspecteur de cette arme, il fut nommé général de division le 12 août 1857, grand officier de la Légion d'honneur en 1860, et admis à la retraite peu de temps après.



Retour haut de page