Adolphe, François, René de Portes

1790 - 1852

Informations générales
  • Né le 22 janvier 1790 à Toulouse (Haute-Garonne - France)
  • Décédé le 22 décembre 1852 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Ariège
Groupe
Droite légitimiste
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Ariège
Groupe
Droite

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 26 janvier 1852 au 22 décembre 1852

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1831, de 1837 à 1838, pair de France, sénateur du second Empire, né à Toulouse (Haute-Garonne) le 22 janvier 1790, mort à Paris le 22 décembre 1852, « fils de monsieur Jean-Joseph-François-Thomas de Portes, ancien sénéchal, gouverneur de Toulouse, et de madame Jeanne-Catherine-Françoise de Beauvarlet de Beaumicourt », gendre de l'illustre Laplace, il fut, sous la Restauration, maître des requêtes au conseil d'Etat et membre de la commission du sceau de France.

Elu, le 23 juin 1830, député du 2e arrondissement électoral de l'Ariège (Pamiers), par 94 voix (169 votants, 185 inscrits), contre 69 à M. Cassaing, il prêta serment à Louis-Philippe, fut cependant destitué de ses fonctions au conseil d'Etat, et vota avec le groupe légitimiste. Il échoua ensuite dans le même collège, le 5 juillet 1831, avec 38 voix contre 129 à l'élu, M. Joly, et 35 à M. Vigarosy, et, le 10 janvier 1835, avec 135 voix contre 138 à l'élu, M. de Saintenac; mais il rentra à la Chambre, le 4 novembre 1837, élu par 184 voix (329 votants, 430 inscrits).

Il se fit alors remarquer parmi les légitimistes ralliés, et vota contre le projet d'adresse de la commission, en 1839.

Nommé pair de France le 9 juillet 1845, il soutint les principes conservateurs, rentra dans la vie privée en 1848, adhéra ostensiblement à la politique du prince Louis-Napoléon, et fut nommé sénateur le 26 janvier 1852.

Il mourut moins d'un an après. Chevalier de la Légion d'honneur.

Retour haut de page