Louis, Auguste, Félix de Beaujour

1765 - 1836

Informations générales
  • Né le 28 décembre 1765 à Callas (Var - France)
  • Décédé le 1er juillet 1836 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Bouches-du-Rhône
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

De son vrai nom Louis Feris, membre du Tribunat, député de 1831 à 1834, et pair de France, né à Callas (Var), le 28 décembre 1765 « fils légitime et naturel de François Feris marchand et d'Anne Giraud son épouse », mort à Paris, le 1er juillet 1836, il fit ses études à Aix et les termina à Paris, puis il entra dans la carrière diplomatique, fut successivement secrétaire de légation à Munich (1790) et à Dresde (1791), consul général en Grèce (1794), puis, en 1799, consul général chargé d'affaires en Suède.

De retour à Paris en 1800, il obtint un vif succès par la publication d'un remarquable ouvrage intitulé: Tableau du commerce de la Grèce, formé d'après une année moyenne depuis 1787 jusqu'en 1797. Peu de temps après, il fut appelé au Tribunat, où il prit assez souvent la parole et dont il fut le secrétaire (21 juin 1803), puis le président (24 octobre).

Deux nouveaux opuscules de lui, l'un sur le Traité de Lunéville, l'autre sur le Traité d'Amiens, parus en 1801, fixèrent l'attention du 1er consul, qui confia à Beaujour, après qu'il eut quitté le Tribunat, l'emploi de commissaire général à Georgestown (Etats-Unis). Il rapporta de cette mission un nouveau livre : Aperçu des Etats-Unis au commencement du XIXe siècle, dont il fit hommage, en 1814, à la Chambre des pairs.

La Restauration nomma le baron de Beaujour consul général à Smyrne, en mai 1816, puis, l'année d'après, inspecteur général de tous les consulats du Levant. En cette qualité, il visita les Echelles et les divers établissements français. Il reçut le titre de baron à son retour à Paris. Il se remit alors à ses études favorites, écrivit encore plusieurs ouvrages politiques et statistiques : une Théorie des Gouvernements (1824), un Tableau des révolutions de la France, un Voyage dans l'empire ottoman, etc., avec tableaux et cartes.

Le 5 juillet 1831, le 3e collège électoral des Bouches-du-Rhône (Marseille), où ses services, pendant son administration de consul, l'avaient rendu populaire, le désigna, par 162 voix sur 175 votants et 468 inscrits, pour le représenter à la Chambre des députés, où il siégea dans la majorité ministérielle jusqu'à la fin de la législature sans s'y faire remarquer.

Non réélu au renouvellement de 1834, il fut appelé, le 11 septembre 1835, un an avant sa mort à la Chambre des pairs par Louis-Philippe. Le baron Félix de Beaujour était membre correspondant de l'Institut et officier de la Légion d'honneur du 30 avril 1836.

Date de mise à jour : juillet 2013

Retour haut de page