Augustin de Gasparin

1787 - 1857

Informations générales
  • Né le 8 décembre 1787 à Orange (Vaucluse - France)
  • Décédé le 2 novembre 1857 à Orange (Vaucluse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Vaucluse
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Vaucluse
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1837 à 1842, né à Orange (Vaucluse) le 8 décembre 1787, mort à Orange le 2 novembre 1857, frère d'Adrien de Gasparin, député et pair de France, il était capitaine de la garde nationale d'Orange en 1815. En cette qualité, il reçut l'ordre, lors du retour de Napoléon, de se poster vers le pont de la Drôme. Suivi de sa compagnie, il monta à cheval, se joignit aux troupes royales, et prit part, sous le drapeau blanc, au combat engagé au Bois-de-l'Eau contre les bonapartistes.

Après la victoire de l'armée impériale, M. de Gasparin se tint à l'écart. Il ne reparut que sous la seconde Restauration, devint maire d'Orange, adhéra au gouvernement de Louis-Philippe et, après avoir échoué, le 21 juin 1834, comme candidat à la Chambre des députés, dans le 2e collège de Vaucluse (Orange), avec 67 voix contre 95 à l'élu, M. Meynard, député sortant, il devint, le 4 novembre 1837, député du 4e collège de la Drôme (Montélimart). Elu par 160 voix sur 301 votants et 335 inscrits, contre 140 au député sortant, M. Ailhaud de Brisis, M. Augustin de Gasparin vota avec la majorité ministérielle, fut réélu, le 2 mars 1839, par 167 voix (283 votants, 337 inscrits), et siégea jusqu'en 1842 dans les rangs des conservateurs.

Membre du Conseil central d'agriculture, M. de Gasparin a publié plusieurs mémoires intéressants touchant des questions économiques, tels que: Considérations sur les machines (1834), Quelques mots sur l'armement de l'infanterie (1839), etc.

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 juin 1842.

Date de mise à jour: juillet 2014


Retour haut de page