Charles, Louis, Claude Réguis

1755 - 1832

Informations générales
  • Né le 16 mars 1755 à Grenoble (Isère - France)
  • Décédé le 30 avril 1832 à Briare (Loiret - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 3 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Basses-Alpes
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 28 mai 1803
Département
Basses-Alpes
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 16 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Basses-Alpes
Groupe
Libéral

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Convention, député aux Anciens et au Corps législatif de l'an VIII à 1803, représentant aux Cent-Jours, né à Grenoble (Isère) le 16 mars 1755 « de Maître Jean François Réguis avocat consistorial au parlement de cette province, et de dame Marie Allemand mariés », mort à Briare (Loiret) le 30 avril 1832, avocat avant la Révolution, il était procureur-syndic de Sisteron, lorsqu'il fut élu, le 3 septembre 1792, député des Basses-Alpes à la Convention, le 2e sur 6, par 166 voix (303 votants).

Il siégea parmi les modérés, et, dans le procès du roi, vota pour l'appel au peuple en disant : « Je ne suis pas de l'avis de ceux qui calomnient le peuple français en disant qu'il veut du sang ; en conséquence, comme le décret que nous avons à rendre intéresse essentiellement le peuple français et qu'il doit être expressément le vœu général, je dis oui. » Cette déclaration lui valut les huées de Marat et de la Montagne. Au 3e appel nominal, il opina « pour la réclusion pendant la guerre et l'exil à la paix. »

Réélu, le 23 vendémiaire an IV, député au Conseil des Anciens par le département des Bouches-du-Rhône, avec 141 voix (262 votants), il siégea assez obscurément jusqu'au coup d'Etat de Bonaparte, ayant obtenu un nouveau mandat du département des Basses-Alpes le 23 germinal an VII.

Son adhésion à la politique du premier Consul le fit désigner (4 nivôse an VIII) par le Sénat conservateur pour représenter le même département au Corps législatif. Il en sortit en 1803 (an XI), remplit alors les fonctions de directeur des droits réunis dans le Lot-et-Garonne et fut destitué à la première Restauration.

Le 11 avril 1815, le ministre de l'Intérieur présenta à l'empereur une « liste d'hommes aptes (sic) à remplir des emplois dans les administrations de l'intérieur, ou des missions pour vérifier l'esprit public d'après les idées libérales, et dont les principes sont connus par leur attachement et leur fidélité à la personne de S.-M. Napoléon-le-Grand. » Réguis figura sur cette liste. Il fit partie (16 mai 1815) de la Chambre des Cent-Jours, comme représentant de l'arrondissement de Sisteron, élu par 31 voix (49 votants), contre 18 à M. Amé de Saint-Didier, et quitta la vie politique après cette courte législature.

Date de mise à jour: juin 2013

Retour haut de page