Alexandre, Louis de Culant

1733 - 1799

Informations générales
  • Né le 27 juillet 1733 à Anqueville-saint-même (Charente - France)
  • Décédé le 15 septembre 1799 à Anqueville-saint-même (Charente - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 31 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Angoulème (Type : Bailliage)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député aux Etats-Généraux de 1789, né au château d'Anqueville-Saint-Même (Charente), le 27 juillet 1733, mort au château d'Anqueville-Saint-Même, le 15 septembre 1799, il descendait d'une famille alliée aux Bourbons, aux Sully, etc., et qui faisait remonter son origine à Jobert, sire de Culant, vivant en 1122. Il était fils de Louis-François de Culant, ex-lieutenant du roi à la Martinique, et de Claire-Louise-Charlotte de Besnard.

Il suivit la carrière des armes. Capitaine au régiment de Beauvoisis en 1758, commandant de la compagnie des grenadiers à cheval à Vitry-le-François en 1771, il était brigadier des armées du roi et chevalier de Saint-Louis, lorsqu'il fut élu, le 31 mars 1789, député de la noblesse aux Etats-Généraux par le bailliage d'Angoulême. Il siégea au côté droit, et ne s'y fit pas remarquer.

Il réclama, en nivôse an VII, sa radiation de la liste des émigrés, sur laquelle il avait été inscrit dans le département de la Seine le 13 vendémiaire an III, et fournit trois certificats prouvant qu'il avait résidé à Paris depuis 1790 jusqu'à la fin de septembre 1792, puis à Abbeville du 5 octobre 1792 au 15 vendémiaire an IV; là il avait été soigné d'un ulcère cancéreux à la paupière gauche. Il était de retour dans la Charente en l'an VII et habitait Saint-Même. Il fut rayé le 16 messidor an VII. (Arch. Nat., F 7. 5621.)

Tous les biographes ou généalogistes, sans exception, l'ont confondu avec le marquis René-Alexandre de Culant-Ciré, d'Aunis, son parent et le fils de son parrain, mestre de camp de dragons, littérateur et musicographe, mais qui ne fut jamais député, étant mort à Ciré d'Aunis le 2 juin 1788.


Retour haut de page