Augustin, Félix, Elisabeth Barrin de La Galissonière

1741 - 1828

Informations générales
  • Né le 19 décembre 1741 à Avoise (Sarthe - France)
  • Décédé le 2 mars 1828 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 1er avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Anjou (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Noblesse
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 10 août 1810 au 4 juin 1814
Département
Maine-et-Loire
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Maine-et-Loire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789 et au Corps législatif en 1810, né à Avoise (Sarthe) le 19 décembre 1741, mort à Paris le 2 mars 1828, « fils de haut et puissant seigneur messire Charles-Vincent Barrin, chevalier, marquis de la Gallissonnière, chef de nom et armes, seigneur de Parcé, le Bailleul, Saint-Aubin, la Guerche et autres lieux, et de haute et puissante dame Marie-Anne-Madelaine de Jacque de la Borde, son épouse », il entra tout jeune dans la marine, alla à Québec rejoindre son oncle l'amiral et fut fait prisonnier à Belle-Ile.

De 1761 à 1762, il fut capitaine de dragons dans le régiment de Languedoc et fit en cette qualité les deux dernières campagnes de Hanovre.

Colonel de la légion de Flandre le 3 janvier 1770, puis, en 1779, officier d'état-major de l'armée destinée à opérer une descente en Angleterre, enfin, le 9 mars 1788 maréchal-de-camp, il fut nommé, le 3 mars 1789, grand sénéchal d'épée héréditaire des cinq sénéchaussées de l'Anjou et du Saumurois, le 16, président de l'ordre de la noblesse, et, le 1er avril, après trois scrutins, premier député de la noblesse aux états généraux pour la sénéchaussée d'Anjou.

Il siégea au côté droit de l'Assemblée, vota contre les plans financiers de Necker, contre la déclaration des droits de l'homme, contre la vente des biens du clergé, contre le changement du drapeau, contre la constitution civile du clergé, et s'associa à toutes les protestations de la minorité. Parent éloigné de madame de Pompadour, il dut abandonner quelques-unes de ses propriétés d'Anjou à Latude, qui lui intentait un procès pour sa longue incarcération à la Bastille.

Il émigra quelque temps après, et commanda l'avant-garde de l'armée des princes.

Rentré en France à l'époque du consulat (1801), il fut élu, le 10 août 1810, par le Sénat conservateur, député de Maine-et-Loire au Corps législatif, et fut porté candidat au Sénat et à la présidence du Corps législatif.

En 1812, il se rallia à l'opposition dirigée par M. Lainé, et fut nommé par la premiére Restauration (13 août 1814) général de division, et (23 août) commandeur de Saint-Louis.

Il ne fit pas partie d'autres assemblées.

Fait chevalier de la Légion d'honneur le 31 juillet 1811, il a été promu au grade d'officier le 18 février 1815.

Date de mise à jour: mai 2013

Retour haut de page