Urbain, René Pilastre de la Brardière

1752 - 1830

Informations générales
  • Né le 10 octobre 1752 à Cheffes (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 24 avril 1830 à Soudon (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 13 novembre 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Anjou (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 12 août 1793
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Modérés
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 25 décembre 1799 au 1er juin 1803
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Majorité
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 4 novembre 1820 au 24 décembre 1823
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Opposition constitutionnelle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, à la Convention, au Conseil des Anciens, au Corps législatif de l'an VIII à 1803, et de 1820 à 1824, né à Cheffes (Maine-et-Loire) le 10 octobre 1752, mort à sa terre de Soudon (Maine-et-Loire) le 24 avril 1830, « fils de messire Urbain Pilastre, sieur de la Brardière, et de demoiselle Renée-Urbaine Samson », il fit ses études chez les Oratoriens d'Angers, et voyagea en Europe.

Il était qualifié « propriétaire bourgeois à Cheffres », lorsqu'il fut élu, le 21 mars 1789, député suppléant du tiers aux Etats-Généraux par la sénéchaussée de l'Anjou. Il prêta le serment du Jeu de paume et fut admis à siéger le 13 novembre suivant en remplacement de Rabin, démissionnaire. Il ne parut point à la tribune, fut adjoint au comité des pensions et vota silencieusement avec la majorité de la Constituante.

Après la session, il devint (15 novembre 1791) maire d'Angers. Les électeurs de ce département l'envoyèrent, le 5 septembre 1792, siéger à la Convention, le 5e sur 11, par 461 voix (632 votants, 645 inscrits). Pilastre de la Brardière se prononça, dans le procès du roi, « pour la détention jusqu'à la paix et le bannissement à cette époque. » Puis il donna sa démission de représentant le 12 août 1793, pour n'avoir pas pu faire constater sa protestation contre l'arrestation des Girondins, et fut remplacé par Talot. Décrété d'arrestation, il dépista les recherches, en travaillant comme ouvrier menuisier dans les environs de Paris.

Réélu député de Maine-et-Loire au Conseil des Anciens, le 20 vendémiaire an IV, par 110 voix (191 votants), il devint secrétaire de l'assemblée, s'y fit peu remarquer, en sortit le 20 mai 1798, fut nommé administrateur des hospices civils de Paris et, ayant adhéré au coup d'Etat du 18 brumaire, se vit appelé par le choix du Sénat conservateur à faire partie (4 nivôse an VIII) du nouveau Corps législatif. Il y représenta le département de Maine-et-Loire jusqu'en 1803.

Il s'occupa alors d'agriculture dans ses terres de Soudon, et reparut sur la scène politique, ayant été élu, le 4 novembre 1820, député du 4e arrondissement de Maine-et-Loire (Segré) par 114 voix (215 votants, 238 inscrits), contre 96 à M. d'Andigné. Il vota avec l'opposition constitutionnelle, et échoua, le 6 mars 1824, au grand collège de Maine-et-Loire, avec 23 voix sur 322 votants.

On a de lui : Etat des établissements d'instruction publique du canton d'Angers.


Retour haut de page