Regnaud, César, Louis de Choiseul-Praslin

1735 - 1791

Informations générales
  • Né le 18 janvier 1735 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 5 décembre 1791 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 4 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Anjou (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée constituante de 1789, né a Paris, le 18 janvier 1735, mort à Paris, le 5 décembre 1791, fils de César-Gabriel de Choiseul-Praslin (1712-1785), il était parvenu au grade de maréchal de camp, lorsqu'il fut élu, le 4 avril 1789, par la sénéchaussée d'Anjou, député de la noblesse aux états généraux.

Il siégea dans l'Assemblée parmi les partisans de la monarchie constitutionnelle, vota l'admission de douze députés de Saint-Domingue, et réclama pour eux voix délibérative. Organe de la province d'Anjou, il développa à la tribune des observations sur le remplacement, que cette province proposait, de l'impôt de la gabelle par un autre impôt moins onéreux pour le peuple. En 1790, il exposa les causes de la ruine de la compagnie des Indes, et se prononça pour que le droit de paix et de guerre fût conféré au roi. Ce fut lui qui fit décréter, en 1791, qu'il serait attaché aux drapeaux de tous les régiments des cravates tricolores. Au mois de juin de la même année, il proposa d'approuver la conduite des commissaires de l'Assemblée qui ramenèrent à Paris Louis XVI arrêté à Varennes.

Il mourut peu de temps après la fin de la législature. La plupart des biographes l'ont confondu jusqu'ici soit avec son fils aîné, duc Antoine-César de Choiseul-Praslin, député de la noblesse aux états généraux, soit avec le duc Charles-Raynard-Laure-Félix, pair des Cent-Jours et pair de France, son petit-fils.

Son nom fut trouvé, ainsi que celui de la duchesse de Choiseul, sur la liste des protégés de Marie-Antoinette.


Retour haut de page