Jean-Adam Pfliéger

1744 - 1801

Informations générales
  • Né le 21 janvier 1744 à Altkirsch (Haut-Rhin - France)
  • Décédé le 8 février 1801 à Paris (Paris - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 4 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Belfort et Huningue (Type : Bailliage)
Groupe
Tiers-Etat
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Haut-Rhin
Groupe
Montagne
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 13 octobre 1795 au 20 mai 1798
Département
Haut-Rhin

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député en 1789, membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents, né à Altkirch (Haut-Rhin) le 21 janvier 1744, mort à Paris le 8 février 1801, était cultivateur, quand il fut élu, le 4 avril 1789, député du tiers aux Etats-Généraux par le bailliage de Belfort et Huningue. Il prêta le serment du Jeu de paume, fit partie du comité des domaines, et vota avec la majorité de la Constituante. Nommé, après la session, maire de sa ville natale, il représenta à la Convention le département du Haut-Rhin qui l'avait élu, le 5 septembre 1792, le 5e sur 7, par 256 voix (387 votants). Il siégea à la Montagne, vota « pour la mort » dans le procès de Louis XVI, fit rendre un décret pour la destruction des loups, et fut envoyé en mission dans les Ardennes (septembre 1793). Il réclama, au nom de la tranquillité publique, contre les mesures prises contre le culte catholique, protesta (27 décembre) contre le nom de Port-de-la-Montagne donne à Toulon après la prise de la ville, « cette dénomination ne devant pas illustrer un repaire rempli de traîtres », et proposa le nom de Port-Affranchi, passa à l'armée du Rhin (février 1794) pour y organiser la cavalerie, inaugura à Chalons-sur-Marne le temple de la Raison, et fit arrêter des hébertistes a Nancy (21 thermidor) comme complices de Robespierre : l’un d'eux avait dit publiquement le 10 thermidor: « Encore deux jours et la bombe éclatera! » Elu, le 21 vendémiaire an IV, député du Haut-Rhin au Conseil des Cinq-Cents, par 129 voix (249 votants).- il avait obtenu également la majorité dans la Meurthe - Pflieger en sortit le 20 mai 1798, et remplit ensuite les fonctions d'inspecteur général des postes aux chevaux.

Retour haut de page