Robert Brettes

1902 - 1974

Informations générales
  • Né le 25 juillet 1902 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 13 septembre 1974 à Mérignac (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 25 novembre 1962 au 2 avril 1967
Département
Gironde
Groupe
Socialiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 12 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Gironde
Groupe
Fédération de la gauche démocrate et socialiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 30 juin 1968 au 1er avril 1973
Département
Gironde
Groupe
Fédération de la gauche démocrate et socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1946 au 1er janvier 1959

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 25 juillet 1902 à Paris

Décédé le 13 septembre 1974 à Mérignac (Gironde)

Conseiller de la République, puis Sénateur de la Gironde de 1946 à 1958

Sa profession d'horticulteur conduit Robert Brettes à occuper la vice-présidence de l'union départementale de la Gironde de la Confédération générale agricole, la présidence de la Fédération départementale des caisses de mutualité agricole et la présidence du Syndicat départemental des horticulteurs et pépiniéristes. Le dynamisme avec lequel il remplit ces fonctions lui valut rapidement l'estime des milieux ruraux girondins.

Lors de la défaite française face à l'Allemagne, en 1940, Robert Brettes participe activement à la création de plusieurs mouvements de Résistance. Il anime ainsi le premier réseau socialiste de Résistance en Gironde, et participe aux activités de Libération-Nord et du groupe Mercure. Son action durant cette période lui vaut la médaille de la Résistance, et la Légion d'honneur dont il est fait chevalier en 1946.

En août 1944, il prend part à la libération de Mérignac et siège au comité départemental de Libération. Elu avant guerre, en 1937, conseiller d'arrondissement du canton de Pessac, il est reconduit dans son mandat à la Libération, et devient vice-président du conseil général de la Gironde.

Maire de Mérignac à partir d'avril 1945, il est confirmé dans ces fonctions en octobre 1947, et réélu en 1953. Fort de cette bonne implantation locale, il conduit la liste SFIO aux élections du Conseil de la République dans la Gironde, le 8 décembre 1946. Sa liste remporte 413 suffrages sur 1 831 exprimés, lui permettant d'occuper l'un des quatre sièges à pourvoir.

En novembre 1948, il conduit une liste d'union républicaine et des intérêts économiques, qui remporte 421 voix sur 1 717 suffrages exprimés ; il est alors réélu, à la plus forte moyenne.

Aux élections suivantes, le 19 juin 1955, il conduit une liste d'union des gauches socialiste et radicale-socialiste, qui remporte 432 voix sur 738 suffrages exprimés, lui permettant d'être réélu, toujours à la plus forte moyenne.

Membre du groupe socialiste au Conseil de la République, il siège aux Commissions du ravitaillement, et de l'agriculture. Il est d'ailleurs élu vice-président de cette commission de 1952 à 1958, après en avoir été rapporteur à plusieurs reprises de 1946 à 1951. La plupart de ses nombreuses interventions publiques portent en effet sur les problèmes agricoles, sous tous leurs aspects : élection des conseils d'administration des organismes de la mutualité agricole, liberté du commerce des engrais, et exportation des produits agricoles, en 1949 ; institution d'un fonds de solidarité des calamités agricoles, en 1953, et aide à apporter aux agriculteurs victimes de calamités atmosphériques, en 1956.

Robert Brettes est également l'auteur de nombreuses propositions de résolution, toujours dans le domaine agricole : en 1949, il dépose ainsi une proposition de résolution sur l'écoulement rapide des produits agricoles français sur les marchés étrangers. En 1952, il rédige deux autres propositions de résolution sur l'aide à apporter aux victimes des calamités atmosphériques de février, puis de juin 1952 dans le département de la Gironde.

Puis il suggère, par la même voie, la création d'un fonds d'équipement rural, l'aménagement des régions du Sud-Ouest de la France et la modification des droits de mutation entre particuliers de bois et forêts.

Les 2 et 3 juin 1958, il vote pour les pleins pouvoirs et pour la révision constitutionnelle



Retour haut de page