Louis, Philippe de Rigaud de Vaudreuil

1724 - 1802

Informations générales
  • Né le 28 octobre 1724 à Rochefort (Charente-Inférieure - France)
  • Décédé le 14 février 1802 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 26 mars 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Castelnaudary (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

député en 1789, né à Rochefort (Charente-Inférieure) le 28 octobre 1724, mort à Paris le 14 décembre 1802, fils de messire Louis-Philippe de Rigaud, seigneur, comte de Vaudreuil qui fut chef d'escadre et lieutenant général, et de dame Catherine-Elisabeth Lemoine de Sérigny, combattit, aux côtés de son père, le 25 octobre 1747, à bord de l'Intrépide, en qualité d'enseigne. Lieutenant de vaisseau en 1754, il fut blessé, le 19 mai 1759, dans les eaux d'Audierne et obligé d'amener son pavillon. Chef d'escadre en 1777, il s'empara en 1778 de Saint-Louis au Sénégal, prit part aux combats des 17 avril, 15 et 19 mai 1780, et fut nommé grand-croix de Saint-Louis et gouverneur de Saint-Domingue. Ayant repris peu après du service actif, il assista, sous les ordres du comte de Grasse, au combat livré à Rodney le 12 avril 1782. Après la bataille, Grasse formula une plainte contre Vaudreuil qui avait donné des ordres pendant le combat, sans l'avis préalable du commandant en chef. En mars 1784, l'affaire fut portée devant le conseil de guerre de Lorient qui acquitta Vaudreuil en le félicitant de sa conduite. Lieutenant général du 14 août 1782, et inspecteur général des classes, il fut élu, le 26 mars 1789, député de la noblesse aux Etats-Généraux par la sénéchaussée de Castelnaudary. Il s'opposa à la réunion des ordres, fit partie du comité de la marine, prit part aux discussions relatives aux colonies, parla sur l'organisation des bureaux de marine demanda la conservation des biens de l'ordre de Saint-Louis, protesta contre les entreprises tentées sur 1 autorité royale, et se trouva auprès de la famille royale pour la protéger dans la nuit du 5 au 6 octobre. Mécontent des progrès de la Révolution, il émigra; on découvrit dans sa cave une quantité considérable d'assignats. Il rentra en France sous le Consulat, et mourut quelques mois plus tard.


Retour haut de page