Jacques, René, Philippe, Hippolyte Pierres de Bernis

1780 - 1838

Informations générales
  • Né le 23 juillet 1780 à Versailles (Seine-et-Oise - France)
  • Décédé le 23 février 1838 à Lunel (Hérault - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
Ire législature
Mandat
Du 22 août 1815 au 5 septembre 1816
Département
Gard
Groupe
Ultras
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 novembre 1820 au 1er mai 1822
Département
Lozère
Groupe
Extrême-droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIe législature
Mandat
Du 9 mai 1822 au 24 décembre 1823
Département
Lozère
Groupe
Extrême-droite
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 25 février 1824 au 5 novembre 1827
Département
Lozère
Groupe
Extrême-droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1815 à 1816 et de 1820 à 1827, et pair de France, né à Versailles (Seine-et-Oise), le 23 juillet 1780, mort à Lunel (Hérault), le 23 février 1838, chevalier de Malte, neveu du cardinal, il émigra en 1795, obtint sa radiation sous l'Empire, et, rentré en France, resta étranger à la politique.

La Restauration le nomma capitaine aux gardes du corps du comte d'Artois ; il l'accompagna à Lyon en 1815, puis rejoignit le duc d'Angoulême et passa avec lui en Espagne. En juin 1815, il souleva une partie du Gard et de la Lozère, entra dans Nîmes, où il ne put empêcher les massacres de juillet, et fut élu, le 22 août 1815, par le collège de département du Gard, député à la Chambre introuvable où il siégea parmi les ultras.

Elu pour le collège de département de la Lozère, le 14 novembre 1820, et réélu successivement dans le même collège, le 9 mai 1822, par 244 voix sur 290 votants et 362 inscrits, et, le 25 février 1824, par 249 voix sur 284 votants et 363 inscrits, il a toujours voté avec l'extrême droite, bien que dans les dernières sessions il ait fait preuve d'opinions moins exaltées.

Nommé pair de France le 5 novembre 1827, il a renoncé à siéger à la Chambre haute à l'avènement de la monarchie de Juillet, et a terminé sa vie dans la retraite.


Retour haut de page