Marc-Antoine Baudot

1765 - 1837

Informations générales
  • Né le 18 mars 1765 à Liernolles (Allier - France)
  • Décédé le 23 mars 1837 à Moulins (Allier - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 10 juillet 1792 au 20 septembre 1792
Département
Saône-et-Loire
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 4 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Saône-et-Loire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à l'Assemblée législative de 1791 et membre de la Convention, né à Liernolles (Allier) le 18 mars 1765, mort à Moulins (Allier), le 23 mars 1837, il était médecin à Charolles, lorsqu'il fut élu, le 1er septembre 1791, député suppléant de Saône-et-Loire à l'Assemblée législative, et fut appelé à siéger le 10 juillet 1792, en remplacement de Desplaces, démissionnaire.

Réélu à la Convention, il motiva aussi son vote, sur le 3e appel nominal: « J'attends avec impatience les circonstances qui vous permettent d'abolir la peine de mort, mais je réserverai toujours cette peine pour les traîtres. Je prononce donc la peine de mort contre Louis, et que le jugement soit exécuté dans les 24 heures. » Il dénonça MM. de Choiseul-Gouffier, Courvoisier et Maury comme entretenant des relations avec les princes émigrés, puis fut envoyé eu mission à Montauban, à Toulouse; il écrivait de cette ville à Jean Bon Saint-André, le 8 octobre 1793, qu'il fallait renouveler les députés de l'Aveyron et de la Lozère « parce que l'habitude efface le charme de la représentation. »

En mission à l'armée du Rhin, il se battit vaillamment à Kaiserslautern, et défendit le général Hoche auprès de Saint-Just. Secrétaire de la Convention, en mars 1794, il partit, après le 9 thermidor, en mission à l'armée des Pyrénées-Orientales, avec Projean et Chaudron Rousseau; il écrivait de Bayonne à la Convention, le 2 mai 1794, que la Société populaire de Pau avait, sur leur avis et d'un élan unanime, condamné au feu le berceau d'Henri IV, qui « ayant appartenu à un roi, pouvait en retracer l'idée. »

A son retour, dix mois après, il apprit qu'il avait été décrété d'arrestation comme terroriste; il réussit à s'échapper. Rentré en grâce l'année d'après, il devint chef de division au ministère de la guerre, sous Bernadotte, et se retira avec ce ministre, pour reprendre sa profession de médecin.

Pendant les Cent-Jours, il fut commissaire spécial de police à Morlaix; il jouissait alors de 20,000 francs de revenus dont une partie en bien d'émigrés. (Arch. nat. F 7. 6709).

Il fut banni, en janvier 1816, par la loi contre les régicides. Mal reçu en Suisse, il se retira à Liège, et rentra en France après la chute des Bourbons.

Il a laissé des Mémoires dont Edgar Quinet, qui en était le dépositaire, a tiré parti dans son livre sur la Révolution.

Date de mise à jour: juillet 2012

Retour haut de page