Nicolas, Louis François de Neufchâteau

1750 - 1828

Informations générales
  • Né le 9 avril 1750 à Saffais (Meurthe - France)
  • Décédé le 10 janvier 1828 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Présidence(s)

Présidence de l'Assemblée nationale
du 26 décembre 1791 au 8 janvier 1792

Mandat(s)

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 3 septembre 1791 au 20 septembre 1792
Département
Vosges
Groupe
Majorité réformatrice
Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 3 septembre 1792 au 10 septembre 1792
Département
Vosges

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791. ministre, membre du Sénat conservateur, né à Saffais (Meurthe) le 9 avril 1750, mort à Paris le 10 janvier 1828, il était fils de Nicolas François, régent d'école à Saffais, et de Marguerite Gillet. Son père fut plus tard fermier d'un magasin à sel et contrôleur à Saint-Martin de Vrecourt.

Il fit ses études chez les jésuites de Neufchâteau et y fut remarqué par la précocité et la vivacité de son intelligence autant que par ses dispositions poétiques. Encouragé par Voltaire, qui répondait à une de ses épîtres par ces vers flatteurs :
« Il faut bien que l'on me succède.
Et j'aime en vous mon héritier. »
il fut reçu en 1765, à l'Académie de Dijon, puis à celles de Lyon et de Marseille, malgré son jeune âge ; la ville de Neufchâteau l'adopta et lui donna son nom.

Il fut successivement, à partir de 1770, avocat à Reims, puis à Vézelise, enfin à Paris. Rayé du tableau des avocats au parlement de Paris en 1775, il acheta la charge de lieutenant-général civil et criminel au bailliage royal et présidial de Mirecourt (Vosges), et épousa peu après (9 janvier 1776) Mlle Dubus, âgée de 16 ans, fille d'un ancien danseur de l'Opéra, qualifié dans l'acte de mariage « officier chez le Roy ». Veuf peu de temps après, il se remania avec Mlle Pommier, puis devint subdélégué de l'Intendance lorraine.

Il s'occupait à une traduction de l'Arioste, lorsque le maréchal de Castries, ministre de la marine, le nomma procureur général près du conseil supérieur du Cap-Français. Mais son voyage pour rejoindre son poste fut très accidenté : sa voiture se brisa non loin de Châtellerault ; à Angoulême, il s'empoisonna avec des champignons, et il tomba dangereusement malade à Bordeaux. Il resta au Cap-Français du 17 décembre 1782 à la fin de 1787, et il y occupa ses loisirs non seulement en terminant sa traduction de l'Arioste, mais encore en publiant quelques opuscules dont l'un : Mémoire sur les moyens de rendre la colonie de Saint-Domingue florissante, fut, dit-on, plus d'une fois consulté par Bonaparte.

Il ne fut guère plus heureux au voyage de retour, car son vaisseau fit naufrage et échoua sur les rochers de Mogane, où François de Neufchâteau resta sept jours dans le plus grand danger. Dans le naufrage, il perdit non seulement sa fortune, mais encore son manuscrit de la traduction de l'Arioste sur lequel il fondait de grandes espérances. Un navire qui passait par hasard dans les parages de Mogane le reconduisit au Cap, où, malgré tout son courage, sa santé fut gravement atteinte. Il dut demander sa retraite qu'il obtint avec 3 000 livres de pension, et, revenu enfin en France en 1788, il se retira dans le petit domaine de Vicherey (Vosges), où il occupa ses loisirs à faire des vers et de l'agriculture.

Mais la Révolution, dont il salua l'aurore avec enthousiasme, vint fournir un nouvel élément à son activité. Elu juge de paix, puis administrateur du département des Vosges le 12 juin 1790, il obtint autant de voix que Dagobert Vosgien, pour la présidence du directoire du département ; ce dernier ne fut proclamé élu que par le bénéfice de l'âge.

Le 3 septembre 1791, le département des Vosges l'envoya à l'Assemblée législative, le 8e et dernier, par 255 voix sur 390 votants, après plusieurs tours de scrutin. Elu d'abord secrétaire de l'Assemblée le 3 octobre 1791, puis membre du comité de législation, il provoqua, le 29 novembre suivant, l'adoption de mesures de rigueur contre les prêtres insermentés qui suscitaient des troubles dans les départements de l'Ouest.

Dans son rapport il disait : « Il ne s'agit pas ici de contraindre les dissidents à reconnaître les prêtres citoyens et à entrer dans leurs églises, il s'agit de faire respecter la souveraineté nationale, de rendre hommage à l'ordre public. » répondant à une objection, il ajouta, que « seuls les prêtres de la religion catholique étaient et devaient être l'objet de mesures exceptionnelles, parce que leur état de célibat les mettait hors du commun des hommes, parce qu'ils disposaient de moyens extraordinaires pour influencer les esprits, et parce que enfin leur organisation était si solide qu'elle pouvait mettre en hostilité ouverte leur propre cause et celle du public. »

Ce discours très applaudi lui valut, quelques jours plus tard (26 décembre), la présidence de l'Assemblée, qu'il conserva jusqu'au 6 janvier 1792, puis du mois d'août au 3 septembre suivant.

Il fit encore, durant cette session, quelques apparitions à la tribune, notamment pour demander l'ajournement indéfini d'un projet sur le mode de constater l'état civil, et pour proposer de simplifier le régime des élections.

Enfin, lors des journées de septembre, il s'efforça d'empêcher les massacres et les scènes de désordre dont les prisons furent le théâtre.

Le 3 septembre 1792, le département des Vosges l'élut membre de la Convention, le 2e sur 8, avec 413 voix sur 433 votants; mais pour des raisons de sauté, il refusa non seulement ce siège de député, mais encore le poste de ministre de la justice qu'on lui offrit le 6 octobre 1792, et il parut vouloir se tenir à l'écart de la politique. Il se livra à la poésie. composa des fables « pour orner la mémoire des petits sans-culottes », et fit jouer, sur le théâtre de la Nation, le 1er août 1793, une comédie en vers : Paméla, ou la vertu récompensée, imitée de Goldoni, qui eut un vif succès. Mais les spectateurs crurent y découvrir des allusions hostiles à la Convention, et, le jour de la neuvième représentation, comme le rideau allait se lever, un officier de police vint au nom du comité de salut public interdire la pièce. François de Neufchâteau fit alors les corrections qu'exigeait le comité ; mais celui-ci signa un arrêté fermant le théâtre et décrétant d'accusation François de Neufchâteau. Incarcéré le 3 septembre 1793, il ne fut remis en liberté que quelques jours après le 9 thermidor. Dans sa prison, il composa des vers pour son ami Mirbeck, parmi lesquels ces deux-ci :
« ... Ma devise est qu'il vaut mieux
Souffrir le mal que de le faire... »

Nommé membre du tribunal de cassation, puis commissaire du Directoire près l'administration centrale des Vosges, il publia quelques brochures sur l'agriculture, mais se livra surtout à la poésie et composa son poème des Vosges, dont il fit hommage au Corps législatif.

Nommé correspondant de l'Institut, le 25 pluviôse an V, et, l'année suivante, élu titulaire de la classe des lettres (qui devint en 1803 l'Académie française) en remplacement de Louvet, il fut appelé au ministère de l'Intérieur, le 28 messidor au V, et le quitta le 28 fructidor suivant, ayant été élu quatre jours auparavant, avec Merlin de Douai, membre du Directoire exécutif, en remplacement de Barthélemy et Carnot, proscrits au 18 fructidor.

Du 29 prairial an VI au 4 messidor an VII, il fut ministre de l'Intérieur pour la seconde fois. Pendant son passage aux affaires, il se signala comme un véritable administrateur. Il contribua à la fondation des archives et des bibliothèques départementales, institua les concours des collèges et des lycées, chercha à protéger efficacement notre industrie, organisa les galeries du Louvre, et donna une grande solennité à la réception des objets d'art et des tableaux envoyés d'Italie en France par Bonaparte.

Ce fut lui qui organisa la première exposition des produits de l'industrie française (9 fructidor an VI). L'exposition fut ouverte au Champ-de-Mars, le 3e jour complémentaire de l'an I ; seize départements seulement y prirent part, et le nombre des exposants s'éleva à 110.

François de Neufchâteau était sans fonction publique, quand survint le 18 brumaire ; il fut des premiers à se rallier à Bonaparte,

Le 4 nivôse an VIII, il fut nommé membre du Sénat conservateur, en devint secrétaire le 4 germinal an IX, puis président, et fut appelé (11 juin 1804) aux fonctions de grand trésorier de la Légion d'honneur. Il était membre de l'ordre depuis le 9 vendémiaire an XII et grand-officier depuis le 25 prairial.

Ce fut lui qui harangua Napoléon, comme président du Sénat, lors de son couronnement. Dans son discours, il dit notamment : « Le premier attribut du pouvoir souverain des peuples, disait-il, c'est le droit de suffrage... Jamais, chez aucun peuple, ce droit ne fut plus libre, plus indépendant, plus certain, plus légalement exercé qu'il ne l'a été parmi nous depuis l'heureux 18 brumaire. » Le 28 janvier 1806, il harangua encore l'empereur, au nom du Sénat, à l'occasion d'Austerlitz.

Au mois de juillet suivant, il échangea la sénatorerie de Dijon, dont il était pourvu depuis le 2 prairial au XII, contre celle de Bruxelles, et, en novembre de la même année, il se rendit à Berlin féliciter Napoléon de ses nouvelles victoires et rapporter les trophées pris à l'ennemi. Le 26 avril 1808, il fut créé comte de l'empire.

Après l'abdication de Napoléon, il se retira des affaires publiques et s'occupa presque exclusivement d'agriculture ; il donna tous ses soins aux réunions de cultivateurs et fut l'un des promoteurs des comices agricoles. Jusqu'à la fin de sa vie, il fut président de la Société d'agriculture.

Outre les travaux déjà cités, François de Neufchâteau publia une Histoire de l'occupation de la Bavière et, en 1814, la Lupiade et la Vulpéide, Fables et contes en vers ; c'étaient ses fables de 1793, dans lesquelles il avait retranché les pièces où Louis XVI et Marie-Antoinette figuraient sous le nom de « dom porc » et de « dame panthère », et dont il demanda la faveur de faire hommage à Louis XVIII (1815). Compris dans la réorganisation de l'Académie française de mars 1816, il publia encore, en 1817, les Tropes en quatre chants.

Une lettre de lui, datée de Paris 15 juin 1821, et adressée à Crapelet, nous apprend qu'il était alors presque dans la misère : « Dans un autre pays, écrit-il, un ancien ministre qui aurait fait ce que j'ai fait ne courrait pas le risque d'être sans asile sur ses vieux jours : la nation payerait ses dettes. »

Il mourut de la goutte, qui le clouait dans un fauteuil depuis plusieurs années déjà.

On lui doit un grand nombre de publications politiques, littéraires et agricoles.

Retour haut de page