Jacques, Gabriel, Louis Leclerc de Juigné

1727 - 1804

Informations générales
  • Né le 14 mai 1727 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 4 août 1804 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 2 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Montaigu (Type : Marches Communes)
Groupe
Noblesse

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Paris le 14 mai 1727, mort à Paris le 4 août 1807, il entra au service en 1742 et fit successivement les campagnes de 1743 à 1748 et de 1756 à 1762, en Bohême et en Allemagne, dans les guerres dites de la succession d'Autriche et de Sept ans. Colonel du régiment de Champagne en 1758, maréchal de camp en 1762, et lieutenant-général en 1780, il avait été admis aux honneurs de la cour en 1770, et nommé ministre plénipotentiaire en Russie le 15 décembre 1774.

Il était gouverneur de la ville et citadelle d'Arras, et syndic général des Marches communes de Poitou et de Bretagne, lorsqu'il fut élu député de la noblesse aux Etats généraux par les Marches communes de Poitou et de Bretagne, le 2 avril 1789. Il protesta par la lettre suivante contre le vote par tête :

« Messieurs, le député de la noblesse des Marches communes franches de Poitou et de Bretagne, étroitement lié par son mandat et son serment à la forme ancienne et constitutionnelle de voter dans l'assemblée des Etats généraux séparément et par ordre, déclare qu'il ne s'est rendu dans cette chambre commune avec l'ordre entier de la noblesse que par défférence à l'invitation qui lui en a été faite par Sa Majesté, mais qu'il s'abstiendra de prendre part à toutes délibérations dans lesquelles les suffrages seront recueillis par têtes et qu'il fait toutes réserves à cet égard jusqu'à ce que ses commettants rassemblés par les ordres du roi laient autoriser à voter dans cette forme inusitée, et en attendant qu'il ait reçu de nouveaux pouvoirs à cet égard. Il déclare qu'il persiste en vertu de son mandat à soutenir la forme constitutionnelle de voter séparément et par ordre. Il prie l'Assemblée de ne regarder la présente déclaration que comme l'acte le plus rigoureux et du plus indispensable devoir, de permettre quelle soit déposée sur le bureau et qu'il lui en soit donné acte.
À Versailles, ce 30 juin 1789, LE MARQUIS DE JUIGNÉ. »

Le marquis de Juigné adhéra cependant aux sacrifices de la nuit du 4 août, mais combattit le décret qui soumettait à la prescription les droits féodaux rachetables.

Ayant émigré en 1791, il fut mis à la tête de la moitié de l'infanterie noble à l'armée des princes en 1792, et ne rentra en France qu'à l'époque du Consulat.

Il avait épousé, le 17 mars 1750, Claude-Charlotte Thiroux de Chammeville.

Retour haut de page