Louis Bruelle

1918 - 1988

Informations générales
  • Né le 17 février 1918 à Joffreville (Madagascar)
  • Décédé le 25 juin 1988 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Madagascar
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 9 décembre 1958 au 15 juillet 1959
Département
Madagascar

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 17 février 1918 à Joffreville (Madagascar)

Député de Madagascar de 1956 à 1958

Louis Bruelle naît à Joffreville dans une famille qui s'est installée à Madagascar au début du XXe siècle. Il exerce la profession d'avocat tout en s'intéressant aux affaires locales. Conseiller provincial de la province de Majunga et membre de l'Assemblée représentative de Madagascar, il œuvre en faveur des petits contribuables en obtenant un aménagement de l'impôt sur les bénéfices.

Aux élections législatives de 1956, Louis Bruelle est candidat du R.G.R. dans le collège des citoyens de statut français dans la seconde circonscription de Madagascar qui comporte 12 344 inscrits. Il promet de soutenir les demandes des colons pour des prix compétitifs en faveur du tabac, du café, du poivre et du riz et déclare qu'il se comportera en conseiller de tous et en avocat de chacun lorsqu'il faudra plaider le dossier de Madagascar. Il est élu par 3 477 suffrages face à un concurrent indépendant et paysan qui recueille 2 955 voix et à deux petits candidats qui ont très peu de voix.

Il est nommé membre de la Commission de la justice et de la législation dont il devient secrétaire le 18 octobre 1957, et de la Commission des territoires d'outre-mer. En 1958 il est nommé membre de la Commission chargée d'enquêter sur les opérations électorales du département de la Réunion.

Après son élection Louis Bruelle dépose une proposition de loi relative à la création d'une province de Diégo Suarez. Il rappelle que la région de Diego-Suarez a disparu à la suite de la réforme de 1946 substituant cinq provinces aux sept régions. Or, le tracé des routes, l'économie, les charges excessives de la nouvelle province de Majunga justifient selon lui la création d'une province de Diégo-Suarez. Le gouvernement accepte cette proposition et la création d'une province de Diégo-Suarez s'en suit. Il s'agit alors de lui donner le même nombre de conseillers qu'aux autres provinces et Louis Bruelle joint ses efforts à ceux de Philibert Tsiranana pour obtenir la parité.

Il est partisan du maintien de ces provinces dont l'existence est menacée par un projet d'unification administrative de l’île autour de Tananarive. Il montre qu'il faut protéger la région côtière, moins évoluée, des ambitions des Hovas qui sont préparés à se saisir de toutes les charges administratives dans l'île et qu'il faut garder des débouchés pour les élites locales naissantes. En février 1957, en demandant une seconde délibération sur un rapport relatif aux attributions des conseils de province et des assemblées provinciales de Madagascar, il obtient que le nombre des conseillers provinciaux passe de quatre à six. En juin 1958 Louis Bruelle vote la confiance au général de Gaulle.


Retour haut de page