Jean, Nicolas Démeunier

1751 - 1814

Informations générales
  • Né le 15 mars 1751 à Nozeroy (Jura - France)
  • Décédé le 7 février 1814 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Présidence(s)

Présidence de l'Assemblée nationale
du 22 décembre 1789 au 4 janvier 1790

Mandat(s)

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 16 mai 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Paris-Ville (Type : Ville)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député aux Etats généraux de 1789, membre du Tribunat et du Sénat conservateur, né à Nozeroy (Jura) le 15 mars 1751, mort à Paris le 7 février 1814, il fit ses études dans son pays natal, puis vint à Paris où quelques productions littéraires lui valurent le poste de secrétaire du comte de Provence (depuis Louis XVIII), puis la place de censeur royal.

Partisan de la Révolution, il fut élu, le 16 mai 1789, député du tiers aux Etats généraux par la ville de Paris, avec 133 voix.

Il siégea dans la majorité, fut successivement secrétaire et président (22 décembre 1789) de l'Assemblée, et fit partie du comité de Constitution.

Il combattit la motion du marquis d'Ambly portant qu'on ne pourrait être député que de son département (novembre 1789), motion qui fut votée, réclama la limitation à 800 millions de l'émission des assignats, demanda l'organisation du jury et du tribunal de cassation, présenta (7 mars 1791), au nom du comité de Constitution, un rapport sur la nécessité de la responsabilité ministérielle, se déclara partisan (26 août) de l'admissibilité des membres de la famille royale aux fonctions électives, et, dans la question des cendres de Jean-Jacques Rousseau, reconnut le droit de propriété revendiqué par M. de Girardin, qui refusait de les laisser enlever d'Ermenonville.

Après la session, Démeunier fut élu administrateur de la ville de Paris (7 novembre 1791), mais il donna sa démission lors de la rentrée de Pétion à l'Hôtel-de-Ville, et partit pour les Etats-Unis.

Il rentra en France en 1796, et fut candidat au Directoire.

Le premier consul le nomma (4 nivôse an VIII) membre du Tribunat, à la création ; il devint président de cette assemblée (2 janvier 1800).

Membre du Sénat conservateur (28 nivôse an X), membre de la Légion d'honneur (9 vendémiaire an XII), commandeur (25 prairial suivant), il fut pourvu de la sénatorerie de Toulouse, créé comte de l'Empire (26 avril 1808), et grand officier de la Légion d'honneur (30 juin 1811).

En 1809, il avait fait arrêter la vente de l'Austerlide de Viennet, parce que l'auteur, esclave de la vérité historique, y faisait exprimer à l'empereur Alexandre les sentiments qu'il nourrissait en 1805, et que les circonstances politiques avaient complètement modifiés depuis.

Démeunier mourut deux mois avant la déchéance de Napoléon.

On a de lui un grand nombre d'ouvrages de voyages et d'histoire, dont la plupart traduits de l'anglais.


Retour haut de page