Jean-Marie, Joseph Emmery

1754 - 1825

Informations générales
  • Né le 16 janvier 1754 à Dunkerque (Nord - France)
  • Décédé le 11 février 1825 à Dunkerque (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 29 août 1791 au 20 septembre 1792
Département
Nord
Groupe
Majorité
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 27 septembre 1805 au 4 juin 1814
Département
Nord
Groupe
Bonapartiste
Régime politique
Première Restauration
Législature
Chambre des députés des départements
Mandat
Du 4 juin 1814 au 20 mars 1815
Département
Nord

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1791, et de l'an XIV à 1815, né à Dunkerque (Nord) le 16 janvier 1754, mort à Dunkerque le 11 février 1825, il était négociant à Dunkerque avant la Révolution.

Il adopta les idées nouvelles ; il était colonel de la garde nationale de Dunkerque, quand il fut, le 29 août 1791, élu député du Nord, à l'Assemblée législative, le 1er sur 12, par 684 voix sur 884 votants. Il fit décréter que la municipalité de Paris devait rendre compte des mesures prises par elle pour assurer la subsistance de la capitale ; s'éleva contre les lois prohibitives en matière commerciale, et proposa de négocier des acquisitions de grains avec la Pologne et l'Amérique. Le 21 avril 1791, il fit, aux applaudissements de l'Assemblée, le sacrifice patriotique de son traitement pendant le cours de la guerre. Il demanda l'abolition de l'armement en courses, et provoqua un décret aux termes duquel le roi fut chargé de la négocier auprès de plusieurs cours étrangères. Le 4 juin, il défendit La Fayette contre les accusations de Chabot. Il fit décréter l'envoi au roi du procès-verbal de la séance où l'Assemblée s'était prononcée contre la République et contre le système des deux Chambres. L'Assemblée ordonna, sur sa motion, une information criminelle à raison des excès commis sur Verdier, procureur-syndic de Carcassonne. Emmery fit autoriser les départements voisins du « canal des deux mers » à prendre les mesures pour assurer sa navigation ; sur sa proposition, 12 millions furent affectés à des achats de grains pour les départements en proie à la disette.

Après la dissolution de la législature, il fut élu maire de Dunkerque. Il s'honora grandement, en l'an III, en sauvant Vanricke, son ennemi, des fureurs qu'il avait déchaînées par ses dénonciations sous la Terreur. Il approuva le 18 Brumaire, et fut nommé conseiller-général du département du Nord.

Le 5 vendémiaire an XIV, il entra, par le choix du Sénat conservateur, au Corps législatif comme député du Nord. Son mandat lui fut renouvelé le 8 mai 1811. Il faisait partie de la Légion d'honneur depuis l'an XII.


Retour haut de page