Ambroise, Anatole, Augustin de Montesquiou-Fezensac

1788 - 1878

Informations générales
  • Né le 8 août 1788 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 22 janvier 1878 à Bessé-sur-braye (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Sarthe
Groupe
Majorité ministérielle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 28 mai 1841
Département
Sarthe
Groupe
Majorité gouvernementale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1841 et pair de France, né à Paris le 8 août 1788, mort au château de Courtanveaux, commune de Bessé-sur-Braye (Sarthe) le 22 janvier 1878, fils du comte Elisabeth Pierre (Voy. ce nom), il entra au service comme simple soldat en 1806; sous-lieutenant de cuirassiers en 1807, décoré de la Légion d'honneur à Essling, capitaine à Wagram, décoré de l'ordre du Mérite militaire de Bavière en 1809, de Léopold d'Autriche en 1810, créé baron de l'Empire le 26 avril 1810, il fit la campagne de Russie et de Saxe, où il fut blessé; sa conduite à Hanau, en 1813, lui mérita le grade de colonel, et les fonctions d'aide de camp de l'empereur, qu'il suivit pendant la campagne de France jusqu'à Fontainebleau. A Champaubert, il s'empara d'un drapeau ennemi.

N'ayant pu obtenir d'accompagner Napoléon à île d'Elbe, il se retira en Autriche, ce qui lui valut d'être porté par le gouvernement royal sur une liste de bannissement. Mais grâce à l'intervention de l'abbé de Montesquiou, son parent, ministre de l'Intérieur, il put rentrer en France, devint aide-de-camp du duc d'Orléans (1816), puis chevalier d'honneur de la duchesse (1823).

Candidat à la députation, le 12 juillet 1830, dans le 4e arrondissement électoral de la Sarthe (Saint-Calais), il échoua avec 78 voix centre 149 à l'élu, M. La Goupillière de Dollon. Le gouvernement de juillet le chargea de notifier son avènement aux cours de Rome et de Naples ; le 20 avril 1831, le roi le nomma maréchal-de-camp, et grand officier de la Légion d'honneur le lendemain.

De nouveau candidat dans le 4e arrondissement électoral de la Sarthe, le 21 juin 1834, il fut élu député par 148 voix (285 votants, 347 inscrits), contre 137 voix à M. Lelong, et réélu, le 4 novembre 1837, par 156 voix (295 votants, 367 inscrits), et, le 4 novembre 1839, par 175 voix (330 votants) contre 155 voix à M. G. de Beaumont. Il siégea dans la majorité ministérielle, appuya la politique du ministère Molé, donna sa démission le 28 mai 1841, et fut remplacé, le 26 juin de la même année, par M. Napoléon de Montesquiou-Fézensac. Il était conseiller-général de la Sarthe depuis 1834.

Nommé pair de France le 20 juillet 1841, grand d'Espagne et marquis en 1817; il fut mis d'office à la retraite, comme général de brigade, le 8 juin 1848. Il avait suivi Louis-Philippe en exil et ne rentra en France qu'après la mort du roi.

Le baron de Montesquiou a collaboré à La galerie des tableaux du duc d'Orléans ; a traduit les Sonnets, Canzones et triomphes de Pétrarque (1843-1845, 3 volumes) ; a publié Chants divers, poésies (1843, 2 volumes), et Moïse, poème religieux (1850), des drames, des comédies en vers, etc.


Retour haut de page