Joseph, Balthazar Bonnet de Treyches

1757 - 1828

Informations générales
  • Né le 28 mars 1757 à Saint-jeures (Haute-Loire - France)
  • Décédé le 28 août 1828 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Convention nationale
Mandat
Du 5 septembre 1792 au 26 octobre 1795
Département
Haute-Loire
Groupe
Girondins
Régime politique
Révolution
Législature
Conseil des Cinq-Cents
Mandat
Du 14 octobre 1795 au 26 décembre 1799
Département
Haute-Loire
Groupe
Droite
Régime politique
Consulat et Premier Empire
Législature
Corps législatif
Mandat
Du 10 août 1810 au 1er juin 1814
Département
Haute-Loire
Groupe
Bonapartiste
Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 11 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Haute-Loire
Groupe
Bonapartiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils d'Antoine Joseph Bonnet qui fut député en 1789, membre de la Convention, député au Conseil des Cinq-Cents, au Corps législatif de 1810 à 1815, et représentant à la Chambre des Cent-Jours, né à Saint-Jeures (Haute-Loire), le 28 mars 1757, mort à Paris, le 28 août 1828, il était avocat dans son pays quand éclata la Révolution; en 1791, il fut nommé juge de paix du canton de Monistrol, puis administrateur du département.

Député de la Haute-Loire à la Convention nationale (5 septembre 1792), il vota la mort de Louis XVI, quoique ne siégeant pas à la Montagne, fut envoyé en mission en Normandie, puis rappelé. Ayant pris parti pour les Girondins, il fut mis hors la loi au 31 mai; mais il parvint à s'échapper de Paris, erra pendant 18 mois, et rentra à la Convention après le 9 thermidor. Pendant cette période, sur l'ordre des représentants Faure et Lacoste en mission en Auvergne, il avait été brûlé en effigie, au Puy, comme complice de Dumouriez. Il fut alors envoyé en mission dans le département de la Loire, et réprima un mouvement contre-révolutionnaire à Chevrière.

Le 22 vendémiaire an IV, il passa au Conseil des Cinq-cents, où le département de la Haute-Loire le nomma député par 135 voix sur 177 votants.

Il se montra favorable au coup d'Etat de brumaire, devint, sous l'Empire (1809), président du collège électoral d'Yssingeaux, et fut choisi pour député de la Haute-Loire au Corps législatif par le Sénat conservateur, le 10 août 1810; il y soutint la politique de Napoléon; il était alors le seul régicide siégeant au Corps législatif, et il donna sa démission quelques jours avant la séance d'ouverture présidée par Louis XVIII, le 4 juin 1814.

Le 11 mai 1815, l'arrondissement d'Yssingeaux l'élut à la Chambre des Cent-jours.

Une lettre du préfet de la Haute-Loire du 20 janvier 1816 constate qu'il jouit d'une fortune assez considérable, dont une partie en biens nationaux. (Arch. Nat. F 7. 6710.)

Bonnet de Treyches était un publiciste d'un certain renom. Attaché quelque temps, dans l'intervalle de ses fonctions de législateur, à la comptabilité de l'Opéra de Paris, il publia sur ce théâtre : De l'Opéra (an XII). On a de lui un mémoire (1804) intitulé : Du Gouvernement héréditaire et de l'influence de l'autorité d'un seul sur les arts; un Mémoire théorique et pratique sur les moyens d'assurer la police des passeports (an VII), et des Observations sur la librairie et les arts et professions qui en dépendent (1808).


Retour haut de page